Hestya : le groupe qui prouve que musique électro et rap peuvent fusionner à la perfection

par Iona Lebarbier
Hestya en live

Le collectif artistique Hestya présente son tout premier album, Destiny, paru sur le label YAZ Records. Un projet où musique électronique, rap et soul se rencontrent. L’album est disponible à l’écoute depuis ce vendredi 18 juin. 

Au-delà des frontières terrestres et musicales

Tout comme la divinité grecque du même nom, le collectif artistique Hestya se veut porteur d’un feu sacré, celui d’une passion inébranlable pour la musique. Composé de membres éparpillés aux quatre coins du monde avec des univers musicaux totalement différents, c’est de cette diversité que Hestya tire sa force.

photo de presse de Hestya

Collectif Hestya au complet. Crédit : Margaux CGX

Fondé par Sychovibes (qui a fait ses armes dans la psytrance) et le guitariste/bassiste Ben Van Mig, les deux compères ont su rallier au sein de leurs rangs des artistes que tout oppose. Le collectif se compose ainsi des rappeurs Tomhawk et Ahih Jaihi, des chanteuses à l’univers soul et jazzy Maggy et Graziella, mais aussi du scratcheur Ben Batch et de l’adepte de musique appliquée à l’image, Mimetic.

Malgré leurs différences et leur éloignement géographique, les artistes ont su collaborer, créer un univers qui leur est propre, aboutissant à trois EPs et un premier album. En effet, si Hestya est basé à Montpellier, certains vivent à l’étranger. C’est notamment le cas de Ahih Jaihi qui est à Amsterdam.

Destiny : quand les genres musicaux s’harmonisent

Sorti le 18 juin sur YAZ Records, l’album Destiny se présente comme une représentation des questionnements et des doutes – sans réelles réponses – qui peuvent traverser notre parcours de vie. Des réflexions qui se retranscrivent dans l’album par la diversité musicale.

Entre rap, chants soul, productions électroniques et guitare électrique, l’album navigue aussi bien entre les styles qu’entre les ambiances. On passe en effet d’une mélancolie planante sur des titres comme “BorderLine” et “Father” à une atmosphère plus énergique avec “Incredible Feeling” ou encore “Rest In Pleasure”.

Si sur le papier un tel mélange des styles peut paraître brouillon, il en ressort en fait une surprenante harmonie où chaque membre du collectif semble avoir trouvé sa place pour s’exprimer. Hestya a ainsi réussi à briser la barrière des genres musicaux. Un travail qui tient presque de l’exploit si l’on prend en compte la distance géographique qui sépare les membres du collectif.

Crédit photos : Margaux CGX

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés