L’organisateur présumé de la rave de Lieuron reste en prison

20/01/2021

L’homme de 21 ans suspecté d’être l’un des organisateurs de la rave party de Lieuron est en détention provisoire depuis le 2 janvier. Malgré une demande de remise en liberté de la part de son avocat la semaine dernière, le jeune homme reste pour l’instant derrière les barreaux.

« Cette mesure me semble complètement disproportionnée »

La décision du juge des libertés est tombée hier. Celui-ci retient le risque de « concertation frauduleuse », c’est-à-dire la possibilité pour l’accusé, s’il est remis en liberté, de communiquer avec les autres inculpés avant qu’ils ne soient auditionnés. Une décision que critiquait déjà Maître Rémi Cassette, l’avocat du jeune homme, le 8 janvier dernier : « Le risque de concertation était peut-être vrai au départ mais maintenant les organisateurs présumés ont eu tout le loisir de communiquer entre eux. La rave s’est terminée le 2 janvier ! »

Le procureur de Rennes, Philippe Astruc, soutient le juge des libertés dans sa décision en affirmant à propos du jeune homme : « Son rôle va bien au-delà de celle d’un simple participant ».

« Cette mesure me semble complètement disproportionnée quand on observe les dossiers récents de rave-party. Ils se sont tous soldés par des confiscations de matériel et des peines d’amende avec sursis. Qu’est-ce qui justifie ici la détention provisoire ? », déplore l’avocat de l’organisateur présumé.

Le 8 janvier, 3 autres interpellations ont eu lieu dans le cadre de la rave party de Lieuron. Les 3 hommes, colocataires, ont été placés sous contrôle judiciaire mais n’ont pas été assignés à résidence. Maître Rémi Cassette fait part de son incompréhension et de l’injustice que subit selon lui le jeune homme de 21 ans : « Là encore, il y a deux poids deux mesures entre mon client et les autres acteurs. Le delta est très important entre la détention provisoire et le contrôle judiciaire ».

Les deux hommes décideront prochainement d’un éventuel appel pour essayer d’annuler la décision du juge.


Via Ouest France. Crédit cover : Marc Ollivier

Écrit par Matthieu Villedey

20/01/2021

Ça vous intéressera sûrement…

Fêtards face aux CRS à la rave de Redon. Crédit : FRANCK DUBRAY / OUEST FRANCE
Main arrachée au teknival de Redon : la plainte classée sans suite par le parquet de Rennes

Neuf mois après le teknival de Redon où une intervention policière avait fait des dizaines de blessées, dont un grave, le parquet de Rennes a annoncé samedi que les enquêtes ouvertes avaient été classées sans suite. ...

Rave à l'aqualand de Gif-sur-Yvette en 1992 © Olivier Degorce
RAVE ON : l’expo photo retraçant l’histoire du mouvement rave s’installe à Paris

Du 19 au 30 janvier, les parisiens pourront se rendre au Point Ephémère pour découvrir RAVE ON. Initiée par collectif le d'étudiants ICMN, l'exposition photo revient sur les origines de la rave et l'héritage culturel ...

Le maire de Saint Florentin a rendu visite aux fêtards pour la rave party du Nouvel An. © NZ0 YONNE
Bière à la main, le maire de la ville rend visite aux 1500 teufeurs pour le Nouvel An

C'est dans une ancienne usine au cœur de l'Yonne à St-Florentin que s'est tenu ce week-end, le "Multi New Year : Big Connexion" , une teuf organisée pour célébrer la nouvelle année mais également en ...