Teuf en Bretagne : un organisateur placé en détention provisoire, il risque 10 ans de prison

05/01/2021

L’affaire de la rave-party clandestine du Nouvel An rassemblant 2 500 personnes avance. Un des organisateurs présumés risque 10 ans de prison car il aurait avoué avoir contribué à la tenue de cette soirée, selon le procureur. Son avocat conteste cette vision des faits.

« Il a été déféré au parquet de Rennes »

Huit organisateurs présumés de la soirée clandestine de vendredi soir à Lieuron ont été rapidement arrêtés et placés en garde à vue samedi après intervention de la gendarmerie, malgré la fuite d’un grand nombre. Jusqu’ici, aucun n’avait avoué avoir pris part à l’organisation de cette fête. Cela se comprend aisément pour eux car « la peine encourue pour ces faits est de 10 ans d’emprisonnement », a déclaré le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

En effet, les organisateurs sont recherchés pour neuf chefs d’accusation, dont la « mise en danger d’autrui », et des « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Un des suspects a finalement confié « avoir participé à l’organisation de cet évènement », annonçait Philippe Astruc hier dans la matinée.

Photo de la perquisition du matériel par la gendarmerie

Photo de la perquisition du matériel au domicile d’un des « organisateurs » par la gendarmerie

L’inculpé de 21 ans, SDF et sans casier judiciaire, est passé devant deux juges d’instruction hier après-midi, ceux-cis saisissant l’enquête « pour une éventuelle mise en examen », précise le procureur. Il a ensuite été présenté au Juge des libertés qui a décidé de placer le suspect en détention provisoire.

« Mon client reconnaît sa participation à la rave-party uniquement en tant que festivalier. Il reconnaît aussi avoir pu mixer pendant 30 minutes à une heure creuse mais il conteste formellement être un organisateur. » confesse l’avocat.

L’avocat du jeune homme, Maître Rémi Cassette, dément l’aveu qu’aurait fait son client en affirmant être l’un des programmateurs de la soirée. Selon lui, il est seulement « en contact avec les organisateurs de ce type d’événements », puisque participant à des raves party depuis 7 ans. Il reconnait cependant avoir envoyé des messages à des participants pour communiquer le lieu exact de la soirée, plus de 1 000 messages selon le procureur.

Crédit photo : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Écrit par Matthieu Villedey

05/01/2021

Ça vous intéressera sûrement…

Fêtards face aux CRS à la rave de Redon. Crédit : FRANCK DUBRAY / OUEST FRANCE
Main arrachée au teknival de Redon : la plainte classée sans suite par le parquet de Rennes

Neuf mois après le teknival de Redon où une intervention policière avait fait des dizaines de blessées, dont un grave, le parquet de Rennes a annoncé samedi que les enquêtes ouvertes avaient été classées sans suite. ...

Rave à l'aqualand de Gif-sur-Yvette en 1992 © Olivier Degorce
RAVE ON : l’expo photo retraçant l’histoire du mouvement rave s’installe à Paris

Du 19 au 30 janvier, les parisiens pourront se rendre au Point Ephémère pour découvrir RAVE ON. Initiée par collectif le d'étudiants ICMN, l'exposition photo revient sur les origines de la rave et l'héritage culturel ...

Le maire de Saint Florentin a rendu visite aux fêtards pour la rave party du Nouvel An. © NZ0 YONNE
Bière à la main, le maire de la ville rend visite aux 1500 teufeurs pour le Nouvel An

C'est dans une ancienne usine au cœur de l'Yonne à St-Florentin que s'est tenu ce week-end, le "Multi New Year : Big Connexion" , une teuf organisée pour célébrer la nouvelle année mais également en ...