Teuf en Bretagne : un organisateur placé en détention provisoire, il risque 10 ans de prison

05/01/2021

L’affaire de la rave-party clandestine du Nouvel An rassemblant 2 500 personnes avance. Un des organisateurs présumés risque 10 ans de prison car il aurait avoué avoir contribué à la tenue de cette soirée, selon le procureur. Son avocat conteste cette vision des faits.

“Il a été déféré au parquet de Rennes”

Huit organisateurs présumés de la soirée clandestine de vendredi soir à Lieuron ont été rapidement arrêtés et placés en garde à vue samedi après intervention de la gendarmerie, malgré la fuite d’un grand nombre. Jusqu’ici, aucun n’avait avoué avoir pris part à l’organisation de cette fête. Cela se comprend aisément pour eux car “la peine encourue pour ces faits est de 10 ans d’emprisonnement”, a déclaré le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

En effet, les organisateurs sont recherchés pour neuf chefs d’accusation, dont la “mise en danger d’autrui”, et des “violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique”. Un des suspects a finalement confié “avoir participé à l’organisation de cet évènement”, annonçait Philippe Astruc hier dans la matinée.

Photo de la perquisition du matériel par la gendarmerie

Photo de la perquisition du matériel au domicile d’un des “organisateurs” par la gendarmerie

L’inculpé de 21 ans, SDF et sans casier judiciaire, est passé devant deux juges d’instruction hier après-midi, ceux-cis saisissant l’enquête “pour une éventuelle mise en examen”, précise le procureur. Il a ensuite été présenté au Juge des libertés qui a décidé de placer le suspect en détention provisoire.

« Mon client reconnaît sa participation à la rave-party uniquement en tant que festivalier. Il reconnaît aussi avoir pu mixer pendant 30 minutes à une heure creuse mais il conteste formellement être un organisateur. » confesse l’avocat.

L’avocat du jeune homme, Maître Rémi Cassette, dément l’aveu qu’aurait fait son client en affirmant être l’un des programmateurs de la soirée. Selon lui, il est seulement “en contact avec les organisateurs de ce type d’événements”, puisque participant à des raves party depuis 7 ans. Il reconnait cependant avoir envoyé des messages à des participants pour communiquer le lieu exact de la soirée, plus de 1 000 messages selon le procureur.

Crédit photo : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Écrit par Matthieu Villedey

05/01/2021

Ça vous intéressera sûrement…

manifestation contre la loi sécurité globale
La loi « sécurité globale» a été définitivement adoptée par le Parlement

Après des mois de débat, le Parlement adopte définitivement ce texte controversé et son fameux article 24 -réécrit- qui pénalise la diffusion malveillante d'images des membres de forces de l'ordre. Cette loi permet également aux ...

Les soundsystems sont invités à descendre dans les rues de France samedi pour manifester

Le comité de Soutien à la Maskarade lance un nouvel appel à la mobilisation nationale ce samedi, dans toute la France. Le combat continue et les revendications sont les mêmes que lors des précédentes manifestations ...

[VIDÉO] Une free party découverte sous le périphérique parisien interrompue par la police

C'est dans un local technique situé près du périphérique parisien qu'une soirée a été organisée ce samedi. Transformé en boîte de nuit, le local près de la porte d'Auteuil a pu accueillir une centaine de ...