« On ne croise pas les doigts, on serre les fesses » : la lettre ouverte du Hellfest à Roselyne Bachelot

par Matthieu Villedey

Le festival Hellfest a adressé il y a deux jours une lettre ouverte à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. L’organisation y fait part notamment de son besoin urgent de ne pas être dans l’incertitude jusqu’au mois de juin quant à la possibilité ou non de la tenue de l’événement.

Le festival le plus coûteux de France

Dans cette lettre, la direction du Hellfest explique que, depuis le 4 janvier, l’équipe travaille activement pour que le festival de métal puisse avoir lieu cette année. Elle précise que “chaque mois qui passe à partir de maintenant nous coûte plus de 250 000 € en salaires, charges fixes et autres remboursements d’emprunts”. Les organisateurs n’ont donc aucune envie de rester dans l’incertitude jusqu’au dernier moment pour savoir si le festival pourra bien avoir lieu.

De plus, le festival se définit lui-même comme le plus important et coûteux de France et ne veut donc pas se retrouver, après des mois de préparation et des centaines de milliers d’euros dépensés, à devoir annuler.

L’équipe demande également des conditions à peu près normales, avec 60 000 personnes par jour et sans distanciation sociale, pas un festival “à jauge réduite, en tout assis, en zone verte et respectant un couvre-feu quel qu’il soit”.

Les organisateurs énoncent donc certaines mesures comme “proposer aux festivaliers de se présenter munis d’un test négatif de moins de 48/72H comme cela est pratiqué pour certains voyages aériens” car ils se considèrent comme responsables et affirment parfaitement comprendre les enjeux auxquels fait face le Gouvernement. La direction conclut en demandant à Roselyne Bachelot d’agir au lieu d’attendre.

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés