manifestation contre la loi sécurité globale

La loi « sécurité globale» a été définitivement adoptée par le Parlement

16/04/2021

Après des mois de débat, le Parlement adopte définitivement ce texte controversé et son fameux article 24 -réécrit- qui pénalise la diffusion malveillante d’images des membres de forces de l’ordre. Cette loi permet également aux policiers de porter des armes dans les établissements recevant du public, comme les concerts ou les festivals.

Un projet de loi critiqué

Les revendications de nombreuses manifestations ayant rassemblés des milliers de personnes depuis novembre, notamment celles des soundsystems, n’ont finalement pas été entendues : la loi Sécurité globale et son fameux article 24 ont été adoptés par le Parlement jeudi 15 avril. Cette loi qui a fait beaucoup parler d’elle car vue comme « liberticide » par une grande majorité de français entrera donc prochainement en vigueur.

Mais que prévoit-elle ? Voici les points importants à retenir :

  • Les articles 1 à 6 : ils concernent l’extension des prérogatives attribuées à la police municipale. Pour une durée de trois ans et à titre expérimental, la police municipale pourra être dotée de pouvoir de police judiciaire ou de maintien de l’ordre.
  • Articles 20, 21, 22 : ils concernent les drones, caméras-piéton et vidéo-surveillance. Ils prévoient respectivement un élargissement de l’accès aux images des caméras de vidéosurveillance. Ils précisent que les images des caméras piéton pourront en outre être visionnées en direct depuis le poste de commandement de la police. Enfin, ils entendent encadrer l’usage de drone afin d’en élargir son utilisation.
  • Article 25 : il concerne l’autorisation de porter son arme de service dans des établissement recevant du public (festival, club, …).
  • Article 24 : il concerne la diffusion d’images de policiers. Il est l’article le plus controversé du texte, notamment pour les journalistes. Il a pour ambition de protéger les forces de l’ordre en opération en pénalisant la diffusion malveillante de leur image. Il crée dans le code pénal un nouveau délit, qui sanctionne d’une peine de cinq ans d’emprisonnement toute « provocation à l’identification » d’un gendarme, d’un policier, d’un agent des douanes ou de leurs proches, « dans le but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». 

L’opposition de gauche a déjà annoncé saisir le Conseil constitutionnel afin de suspendre la promulgation du texte.

Écrit par Esther Costes

16/04/2021

Ça vous intéressera sûrement…

Fêtards face aux CRS à la rave de Redon. Crédit : FRANCK DUBRAY / OUEST FRANCE
Main arrachée au teknival de Redon : la plainte classée sans suite par le parquet de Rennes

Neuf mois après le teknival de Redon où une intervention policière avait fait des dizaines de blessées, dont un grave, le parquet de Rennes a annoncé samedi que les enquêtes ouvertes avaient été classées sans suite. ...

Rave à l'aqualand de Gif-sur-Yvette en 1992 © Olivier Degorce
RAVE ON : l’expo photo retraçant l’histoire du mouvement rave s’installe à Paris

Du 19 au 30 janvier, les parisiens pourront se rendre au Point Ephémère pour découvrir RAVE ON. Initiée par collectif le d'étudiants ICMN, l'exposition photo revient sur les origines de la rave et l'héritage culturel ...

Le maire de Saint Florentin a rendu visite aux fêtards pour la rave party du Nouvel An. © NZ0 YONNE
Bière à la main, le maire de la ville rend visite aux 1500 teufeurs pour le Nouvel An

C'est dans une ancienne usine au cœur de l'Yonne à St-Florentin que s'est tenu ce week-end, le "Multi New Year : Big Connexion" , une teuf organisée pour célébrer la nouvelle année mais également en ...