Il est maintenant devenu impossible de passer à côté, le Weather Winter est revenu cette année pour une 3ème édition hivernale au Paris Event Center à la Villette.

 

Jonglant entre vétérans de la musique électronique et nouveaux producteurs, l’équipe de Surpr!ze aime la diversité et nous la faire partager.

Il est un peu moins de minuit quand nous arrivons Porte de la Villette, et la première étape que nous devons affronter est une queue immense jusqu’aux halls du Paris Event Center. C’est évident : les 15 000 personnes attendues sont bel et bien présentes, et beaucoup ont prévu d’arriver entre minuit et une heure. C’est donc un parcours du combattant qui nous attend pour pouvoir rentrer dans le festival : la sécurité est débordée, la foule est (trop?) pressée car les têtes d’affiches commencent dans moins d’une heure, certains esprits s’échauffent, les mouvements de foule compressent les gens contre les grilles, bref nous commençons à avoir peur pour le reste de la soirée.

Au bout d’une heure de bataille rangée dans la foule, nous accédons enfin au festival. Nous tâchons d’oublier ce qu’il vient de se passer mais nous débutons cette soirée du mauvais pied, gâchée par une sécurité submergée et une incivilité des fêtards se croyant dans le métro 13 à 9h du matin.

Heureusement, la suite du festival nous redonne de l’estime pour la soirée. Nous commençons la nuit par Unforeseen Alliance, groupe composé de Voiski, Zadig, Antigone et Birth of Frequency, artistes que tous les amateurs de la Concrete connaissent. Le son est fidèle à ce qui les a rendu célébre sur la péniche du Quai de la Rapée : un live Techno oscillant entre Indus et Acid, répétitive et déstructurée en même temps, dans le bon sens du terme.

Cette mise en bouche nous met tout de suite dans l’ambiance de la fête et nous entraîne progressivement dans le 2ème Hall du festival, où se produit Josh Wink.

Le natif de Philadelphia n’y va pas avec le dos de la cuillère : celui-ci dégaine une bibliothèque de morceaux de Techno Acid très chers à l’américain. Nous apprécions le moment où il balance son morceau culte « Are you there » sorti en 1998, suivi de son morceau beaucoup plus récent  » Talking to you ».

Image de prévisualisation YouTube

A côté, dans le Hall B, Marcel Dettman est à l’oeuvre.  Sans surprise l’allemand dépote à coups de Techno bourrine, froide et berlinoise à outrance. Sa prestation est sans surprise, mais efficace, et c’est ce que le public attend de Marcel Dettman.

C’est avec une légère impatience que nous attendons l’arrivée de Sweely dans le Hall A. Faisant office de petit nouveau au milieu de toutes ces têtes d’affiche, le jeune producteur français a su bénéficier d’un bouche à oreille efficace sur le Web, grâce à des productions House léchées que nous apprécions particulièrement à la rédaction.

Armé d’une Roland TR-8, Sweely a choisi un live faisant honneur à une House old-school, blindée de kicks puissants et de Hi-Hats omniprésents, et apporte un moment de fraîcheur bienvenu dans ce Hall A désormais rempli à ras bords.

Il reste peu de temps avant l’arrivée de Laurent Garnier pour aller assister au Live / Dj Set hybride de Donatto Dozzy & Peter Van Hoesen. Les 2 compères commencent leur prestation par le morceau « Passage » de Reflec. Tout est dit.

Image de prévisualisation YouTube

Il est enfin l’heure pour nous d’assister à la cerise sur le gâteau : Laurent Garnier, alias Tonton Lolo, pour tous les fans venus en nombre. A l’instar de ces nombreux sets, Laurent Garnier décide de jouer des morceaux d’un éclectisme impressionnant, seulement accessible à quelques artistes aussi expérimentés.

Débutant par le morceau Stellar Acid de Charles Fenckler, Tonton Lolo enchaine par des morceaux typées Detroit, suivi par du Drumcode, pour conclure ensuite comme à son habitude par des morceaux plus anciens de Inner City, Underground Resistance et même aussi l’intemporel Crispy Bacon

Image de prévisualisation YouTube

Les lumières s’allument… il est déjà 7h du matin…

https://www.facebook.com/pg/ElectroNews/photos/?tab=album&album_id=10154790168993798

Commentaires