On vous parle un peu plus de ces 2 sorties.

 

Zoom sur l’artiste

Résident Concrete depuis fin 2015, ce Parisien se fait rapidement connaître par ses sorties sur Wolfskuil, Bright Sounds, ou encore Taapion Records – le label qu’il a créé aux côtés de AWB et PVNV. Ayant tapé dans l’œil de plusieurs artistes, comme Donato Dozzy et Bambounou qui se sont fait un plaisir de remixer ses tracks. C’est sous le signe de l’expérimentation qu’il espère faire voyager son public dans ses DJ sets.

The Rapture EP

En premier lieu on vous parle de son EP qui est sorti il y a quelques jours (sur ARTS Records) en plateforme physique, et dispo le 16 en digital.

Pour nous l’EP reflète une techno style hangar, assez énervée mais très bien structurée. Dans son premier titre on ressent d’emblée l’esprit progressif de chaque instrument et mélodie. Le tout assemblé avec quelques breaks courts mais révélateurs. Cette track cache bien son jeu derrière son aspect techno agressive malgré les mélodies qu’on peut y retrouver très planantes, l’adoucissant à leur manière !

Ce dernier remixé par Inigo Kennedy, passé il y a quelques jours à la Off, on adhère moins, un peu plus fouillis, tout de suite les mélodies planantes se lient un peu moins aux kicks. Ce n’est que notre avis.

Burned Hand (ici-bas) revient dans l’esprit techno hangar en force. Cette fois-ci quasi sans trop de mélodies, mais avec un aspect progressif encore plus travaillé pour rendre le son le moins monotone possible, avec un break coupant le son en deux, only techno, bien entraînante comme on l’aime.

Étape finale sur le remix de celle-ci par Emmanuel. MAJESTUEUX. On est totalement tombé sous le charme. En premier lieu il a su rester dans le thème de l’EP, c’est à dire combiner la « hangar techno » avec des mélodies. En second lieu il l’a fait en beauté, on n’a quasiment jamais entendu un son cachant aussi bien son jeu dès le début, on enlèverait les kicks on pourrait croire à du N’to, on enlèverait la mélodie on revient à du … – quelque chose que vous aurez entendu à la Drom – . Tout en restant toujours dans une lignée de progressivité impeccable. On repartagera sûrement ce son sur la page, et on espère et pense fortement qu’il fera un carton en soirée.

« La mélodie? Elle passe toute seule en fait, c’est marrant parce qu’on dirait qu’il a mélangé plein de styles à la fois. Tu vois t’écoutes le tout début et la fin ça n’a clairement plus rien à voir. Le gars était indécis en faisant son titre aha. » Adèle

« J‘adore cette atmosphère qui se dégage de ce genre de tracks, tu sais y’a quelque chose de très hypnotisant… et derrière, un énorme kick reverb. » Renaud

 

In Absentia EP

Passons au second, sur Delsin records. On le trouve beaucoup plus mystérieux, première track pour ouvrir le bal style midtempo ambient, bien planante, très bien structurée, on est fan de la mélodie.

Pour les 3 prochaines tracks, ce sera toujours dans l’esprit techno mélodique, un peu moins planant mais on sent le côté recherché pour ne pas sombrer dans la monotonie. Toujours avec des breaks pour fondre l’espace d’un instant, et repartir quelques secondes plus tard. Ce qu’on adore chez Shlømo c’est particulièrement le côté progressif de ses tracks. La techno hangar est souvent caractérisée par un – certes très bon – kick reverb, mais à force ça devient légèrement monotone. Notre spotlight du jour brise un peu ce code. On vous met un dernier son, le dernier de son EP, sur lequel il termine avec une superbe outro :

Pour choper son premier EP c’est par ici :

The Rapture EP

Et le second par là :

In Absentia EP

On espère que maintenant vous réfléchirez à deux fois avant de dire à votre pote que vous êtes fatigué le soir où Shlømo sera de passage.

Comments

comments