Spring Break : malgré la pandémie, des milliers de jeunes se sont rassemblés sur les plages de Floride

02/04/2020

En plein Sping Break, les étudiants américains ne comptaient pas mettre fin à leur fête, même après les nouvelles restrictions sanitaires du président Donald Trump.

« On va tous mourir, autant finir en beauté »

 

Le 16 mars 2020, lors d’une conférence de presse, Donald Trump annonce de nouvelles restrictions sanitaires et interdit tout rassemblement de plus de 10 personnes. Suite à cette annonce, de gros événements tel que l’Ultra Festival ont été annulés ou reportés et le maire de Miami Beach a déclaré que les différentes organisations du Spring Break devaient faire de même avec leurs événements. Sans grand succès, les plages grouillaient d’étudiants venus des quatre coins du continent, pour fêter les vacances de printemps, comme le montrent des images publiées sur les réseaux sociaux.

« Vous n’êtes pas invincibles », a souligné le maire Dan Gelber en s’adressant aux jeunes. « Vous devez penser à la personne à côté de vous et même à celles que vous ne connaissez pas. Vous devez arrêter ce type d’activités maintenant, ce n’est pas marrant et cela a des conséquences dévastatrices.  »

Un étudiant contre argumente : « Si (le virus) est là, il est là, on ne peut rien y faire. Alors autant être ici ou chez nous… »

Le lendemain (17 mars 2020) de la conférence de presse du président américain, les étudiants ne comptaient pas annuler leur Spring Break annuel. Des dizaines de milliers de jeunes américains se sont réunis sur les plages de Floride, malgré les paroles du maire de Miami Beach, pour fêter les vacances de printemps.

« Le spring break est un grand événement pour nous, on attend ça avec impatience. […] Comme on dépense beaucoup d’argent et de temps pour tout organiser, on veut que ça en vaille la peine. On se soucie de notre santé, ça nous préoccupe beaucoup, mais pour moi, on va tous mourir un jour, alors autant finir en beauté », explique une étudiante interrogée à Miami Beach.

Dans de telles conditions, le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a mis en place des actions pour qu’ « aucun groupe de plus de 10 personnes ne se trouve sur une plage et qu’une certaine distance soit respectée  » , d’après CBS News. Mais selon la chaîne américaine NBC, le gouverneur a confirmé qu’il ne comptait pas fermer les plages.

Dans la presse américaine, les étudiants américains ont été critiqués pour ne pas avoir respecté la distanciation sociale, et l’État de Floride pour ne pas avoir fermé l’accès à ses plages.

De forts dommages collatéraux supposés

 

Avec des dizaines de milliers d’étudiants qui se dirigent vers les plages de Floride, les dommages collatéraux du Covid-19 ont été mis en évidences. « Les jeunes en Spring Break ne sont pas simplement assis à avoir des conversations. Ils vont à plusieurs endroits, ils vont à des fêtes, ils se touchent et s’embrassent et ils boivent » a déclaré Dr Lilian Abbo, professeur des maladies infectieuses et chef de la prévention des infections au Jackson Health System (centre hospitalier universitaire).

Une entreprise spécialisée dans la visualisation de données, Tectonix GEO, a mis en place une carte montrant comment les étudiants ayant participé à ce Spring Break ont potentiellement répandu le virus sur l’ensemble de la côte est américaine. La société explique dans une vidéo postée sur Tweeter comment avoir réalisé cette carte.

Ils se sont servis des données de localisations anonymes de smartphones pour repérer le rassemblement sur la plage de Fort Lauderdale (une des plages du Spring Break). Sur cette carte, les points lumineux sont les téléphones des festivaliers. Tectonix GEO a pu suivre les mobiles dans les jours qui suivaient les vacances de printemps, allant de la plage à l’aéroport puis sur l’ensemble du continent nord-américain.

D’après l’Obs, le nombre de cas de coronavirus aux Etats-Unis est estimé à 8 898, dont 149 morts le jeudi 19 mars 2020 (pendant le Spring Break) à 11 heures. Selon CNN, ce chiffre aurait augmenté de plus de 40% durant les 24 heures suivantes.

Écrit par garance galivel

02/04/2020

Ça vous intéressera sûrement…

post-it covid positive
À Manchester, des soirées sont organisées entre étudiants positifs au Covid-19 uniquement

Après les Etats-Unis, c'est au tour des étudiants de l'Université de Manchester d'organiser des soirées "Covid Positive" . Effectivement, il ne suffit pas d'être négatif pour pouvoir y participer, mais bien positif au Covid-19. Faire ...

St Malo : 25 participants testés positifs au Covid-19 suite à une soirée dans un gite

Après une soirée privée organisée à St-Malo, 25 cas de coronavirus ont été découverts. Les contaminés sont désormais isolés et leurs derniers contacts sont retracés pour que la chaîne de transmission puisse immédiatement s'arrêter.  Une ...

Aux Etats-Unis, un homme de 30 ans est décédé après avoir participé à une « Covid Party »

Les "Covid-Party" se multiplient aux Etats-Unis, et le premier décès officiellement lié à une de ces soirées a eu lieu ce week-end. Le jeune homme pensait que le Coronavirus était un canular.  Il a finalement ...