La Quarantaine : le collectif parisien clôture 2020 avec une compilation techno apocalyptique

30/12/2020

2020 à défaut d’avoir été riche en évènements, fut riche en découvertes; une année calme mais pas silencieuse. La Quarantaine, collectif phare de la capitale ne dit pas son dernier mot et conclut cette année en dévoilant un Various Artists qui met à l’honneur sa propre écurie.

Une équipe visionnaire

Bien avant la pandémie mondiale, le crew La Quarantaine avait déjà pris goût aux scénarios d’apocalypse et au contexte pandémique. Il n’y a qu’à lire leur nom, ou ceux donnés à leurs événements; Infection, The Lost Oasis, The Last Resort ou Search For The Cure.

C’est donc tout naturellement que s’est imposée à l’équipe l’idée d’un label, afin que le voyage perdure. Le premier opus sorti en 2019 et intitulé Behind The Mask rassemblait déjà la crème de la scène techno Parisienne. Pour son nouveau volet The Masked World, l’équipe reste toujours sensible à la symbolique du masque qui cette année est d’autant plus prégnante!

Photo d'une soirée de La Quarantaine en février 2019

Photo d’une soirée de La Quarantaine en février 2019

Un line-up calibré

Pour ce deuxième tome, nous pouvons d’ores et déjà mentionner les nouvelles têtes. Wast fait un début remarqué avec Backdoor, et délivre un banger aux accents rave auxquels il nous a habitué. Flymeon démarre lui aussi sur les chapeaux de roues avec un track oscillant entre riffs de guitares électriques, leads aux synthés éthérés et passages breakbeat avec Fire.

Les aficionados peuvent être rassurés puisque les têtes d’affiches habituelles sont présentes sur cet opus. Brulée signe une pépite trance de plus sous son alias Clair avec That’s The Way, qui n’est pas sans faire écho à ses dernières productions. Ilivor quant à lui délivre une track empreinte de mélancolie par le biais de superbes pads aux sonorités hang drum dans Love Me Galaxy. EKLPX se charge elle des nappes acidulées et des synthés rave dans No Time For Romance, un peaktime banger qui n’est pas sans rappeler le temps d’avant.

Certaines têtes du premier volet sont aussi de la partie, et ce n’est pas pour nous déplaire! D44 signe la pépite de la compilation avec Florida Trance, qui reprend tout les codes de la techno dans son spectre le plus large, avec un kick 90’s trance, des passages goa et même hardcore, résultant en sublime mélange. KMO propose lui son approche de la techno 2020 et mélange les genres avec brio, oscillant entre acid et mental techno avec un kick tout droit venu des enfers dans Sparkled Dancefloor. 

Notons également la présence de Sana + Nasa -ayant récemment signé un EP chez Afterhours- avec une superbe production qui arbore un virage aux accents trance, tout en restant fidèle aux racines, Oblivion’s Lambs. Mention spéciale à LLY qui à travers Walk Of Doom délivre un morceau immersif, planant, et contemplatif.

La compilation est disponible à l’écoute et au téléchargement gratuitement. Des T-shirts ont également été dessinés spécialement pour la sortie, pour soutenir les artistes de la compil’.

Merchandising

Écouter / Acheter sur Bandcamp

 

30/12/2020

Ça vous intéressera sûrement…

Razance : le collectif parisien lance son propre label techno pour débuter 2021

Après un retour attendu et remarqué cet été avec un évènement dantesque, Razance élargit son horizon et démarre 2021 sur les chapeaux de roue en lançant sa propre maison de disque. 4 titres entre techno ...

Photo d'une soirée Harbor concept
Le collectif normand Harbor Concept dévoile un premier vinyle 100% acid techno

Le crew Harbor Concept a décidé d'entamer 2021 tambour battant. En effet, leur 1er vinyle est déjà disponible en pré-commande, un Various Artists en collaboration avec le pionner de l'acid Chris Liberator, et son label ...

La Bretagne a sa nouvelle figure féminine de la techno avec Alice Reize

A 24 ans, la jeune Alice Reize se trace une carrière pleine de projets. 2021 sera un nouveau tournant pour elle, avec notamment la sortie d'un EP signé sur le label Jango Records. Entre autres... ...