Rythmes techno et sonorités orientales : direction Les Mille et Une Nuits avec l’EP de Jarl Flamar

par marion watier
Jarl Flamar dans son studio

Après nous avoir fait rêver avec son duo Flamar & Olkan, on retrouve Charles, a.k.a. Jarl Flamar, dans un projet solo pour la sortie de son nouvel EP. Disponible depuis le 24 juin, Langskip on the Euphrates promet de nous faire voyager sous le soleil de Mésopotamie…

Un voyage en contrées lointaines

Entre voyages et instruments orientaux, les inspirations de Jarl Flamar confèrent à son univers une atmosphère on ne peut plus dépaysante !

“Le but de cet EP a été de créer une esthétique électronique downtempo, en utilisant majoritairement des instruments traditionnels du Moyen-Orient que j’ai pu rapporter de mes différents voyages.” Nous explique Charles. 

C’est en effet par l’usage audacieux du ney (flûte persane), du oud (luth arabe) et du riqq (percussion orientale) que le multi-instrumentiste français réinvente la musique orientale en l’adaptant à la scène électronique actuelle.

Jarl Flamar

Jarl Flamar

Deux mondes totalement opposés se rencontrent au travers de la musique de Jarl Flamar. D’un côté les sonorités orientales, et de l’autre, les basslines auxquelles nous sommes habitués en club. Il nous offre ainsi un voyage auditif, où l’on redécouvre la house et la techno comme si on les entendait 5000 ans en arrière, dans un Moyen-Orient antique et surnaturel…

La rencontre de deux univers

Signé sur le label berlinois Monada, spécialisé dans l’organic house, Langskip on the Euphrates nous téléporte directement vers les terres arides de la Mésopotamie en nous épargnant les coups de soleil !

Si cet EP de Jarl Flamar nous présente la musique orientale de manière minimaliste et moderne, c’est grâce à l’utilisation judicieuse des techniques de mixages actuelles auxquelles cet ingénieur du son passionné rajoute un zeste de synthétiseurs analogiques

Jarl Flamar en studio

Jarl Flamar en studio

En plus des deux titres de Jarl Flamar, “Marduk” et “Nisaba”, on retrouve deux remixes du second titre, l’un signé Toulouse, l’autre Matija & Richard Elcox, ajoutant de nouvelles couleurs tout en réinventant le groove de l’original. Ces titres additionnels n’altèrent néanmoins nullement l’essence unique de l’univers du producteur français et nous permettent ainsi de voyager vers des contrées encore plus lointaines…

Pour écouter l’EP :

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés