Technommunism : le label techno parisien engagé politiquement

19/11/2020

Que serait la musique si elle n’avait aucun message? L’artiste Claudio, co-fondateur du label Technommunism, dévoile un nouvel EP composé pendant le confinement qui s’annonce comme une déclaration techno contre le système capitaliste.

« La coopération sur le dancefloor »

Fondé il y a un peu plus d’an an, le label basé à Montreuil a pour volonté de réunir des artistes souhaitant adresser un message politique au travers de leur musique. Leurs idéaux communistes, anarchistes ou encore socialistes sont ainsi exprimés dans leurs œuvres, afin de participer à l’émancipation collective.

Par ailleurs, Technommunism est également à l’origine de plusieurs événements dans la capitale. Ouverts à tous, le collectif y prône la « coopération sur le dancefloor » , mais incite surtout les ravers à revendiquer cette expérience en dehors des murs.

logo de technommunism

Logo de Technommunism

« Le dancefloor est un lieu où nous sommes tous libres et égaux, en harmonie ensemble autour de la musique. Cela induit une trance collective, qui ne se produit pas lorsqu’on est tout seul. Nous souhaitons propager ce message au delà de la piste de danse. » peut-on lire dans leur communiqué.

Claudio, artiste derrière le projet

Claudio est un artiste prolifique et co-fondateur du label Technommunism. Il est l’auteur de pas moins d’une douzaine d’albums et d’EP depuis cinq ans, de l’ambient à des compositions plus rythmées. C’est en 2016 qu’il prend définitivement un tournant avec la création de Claudiorus, un projet DJ/VJ orienté dancefloor en association avec ALX.

Ce duo est probablement l’une des pierres fondatrices du label, qu’il crée en 2019.

Cette année là, l’EP Loop / Repeat‘ marquera sa transformation vers une musique orientée dancefloor avec des sonorités acid et rave. Néanmoins, il n’abandonnera pas les sons de sa jeune période comme le témoigne sa sonorisation live pour le film « Man With The Camera » par Dziga Vertov, présenté pour la première fois en décembre 2019 au cinéma La Clef à Paris (ci-dessous).

Un EP dénonciateur

Ses sonorités acid hypnotisantes et son titre ‘Same Shit Different Day‘ nous font facilement deviner ce que Claudio a voulu transmettre à travers cet EP. La morosité du confinement est palpable, mais c’est un ras-le-bol contre le système capitaliste dont les faiblesses ont été une nouvelle fois révélées face à la crise sanitaire, qui est mise en avant. La lenteur et la précision des beats associée aux synthés hypnotiques en font un album qui s’écoute facilement, confiné ou libre.

Comme un clin d’œil à la période d’isolement que nous sommes en train de vivre.

Écrit par Hugo PAYAN

19/11/2020

Ça vous intéressera sûrement…

HOMALS dévoile son premier EP électro riche en couleurs

Originaire de Figeac précisément (proche de Toulouse), le jeune artiste prénommé HOMALS a dévoilé son tout premier EP “Existence” vendredi 20 novembre. Il sort ainsi sur le label parisien Sans Huile de Palme. Un confinement ...

À écouter : les sonorités de la mer captées par Molécule sur un voilier du Vendée Globe

Depuis le 8 novembre, Molécule suit l'avancée du voilier de Thomas Ruyant dans le cadre du Vendée Globe. Chaque matin, l'artiste français diffuse donc un bulletin sur France Info pour faire part de l'avancée du ...

L’artiste HIPPØ & THE JACKET dévoile son nouvel album au travers de 10 vlogs

HIPPØ, bien connu de la scène rave pour sa techno ravageuse et électrique, se dévoile avec sa dernière œuvre, Second Skin Project. Pour l'occasion, 10 vlogs sont proposés pendant 10 semaines consécutives sur sa chaîne ...