Roselyne Bachelot affirme que “la culture n’est pas à l’arrêt dans notre pays”

par marion watier

Dans une lettre ouverte au président relayée par Le Parisien fin février, une vingtaine de syndicats, associations et fédérations du milieu de la culture ont appelé à “déconfiner la culture”, déplorant la non-réouverture des théâtres, cinémas et concerts. Roselyne Bachelot s’est donc empressée de répondre à la colère du secteur et d’assurer aux professionnels qu’ils n’ont pas été oubliés.

“Une génération sacrifiée”

La lettre met en avant le bilan catastrophique qui se dessine au bout de près d’un an de fermeture des lieux culturels. Les conséquences psychologiques et financières pour les professionnels du milieu sont tangibles. Ces derniers ont donc demandé à l’État de “déconfiner la culture, dans des conditions compatibles avec le fonctionnement et le modèle économique de chacun“, ce qui passe par la réouverture progressive des établissements culturels, un calendrier de reprise, et un accompagnement financier. Tous se disent prêts à appliquer les protocoles nécessaires pour “rebrancher la culture“.

“C’est une véritable urgence nationale, qui met en cause l’avenir de notre modèle culturel”, peut-on lire dans la lettre.


La réponse de la ministre de la culture face au cri d’alarme ne tarda pas. Après avoir fait en sorte que les libraires et les disquaires soient considérés comme des commerces essentiels – en cas de troisième confinement, elle a assuré au Parisien que “l’État sera solidement et solidairement aux côtés de chacun“. Elle déclare également que “la culture n’est pas à l’arrêt dans notre pays“, puisque l’État n’a “pas failli dans [son] soutien aux artistes, à l’écosystème artistique et culturel, et à tous ceux qui font vivre la culture et qui vivent de la culture.”

“Les captations, les résidences, les tournages, et les répétitions si importantes pour préparer et présenter des spectacles quand les lieux culturels vont rouvrir, sont maintenus. Tout cela permet de continuer la création, de proposer des projets culturels et de faire travailler tout un écosystème” explique Roselyne Bachelot.

La ministre n’a pas manqué de rappeler au nom de l’État que la culture est toujours “au cœur de nos préoccupations” et que sept milliards d’euros ont été mobilisés pour l’entretenir depuis le début de la pandémie. Ne pouvant pas proposer de date de réouverture comme le demandent les professionnels dans leur lettre, les ministres préfèrent désormais mettre en place des cadres de réouverture, comme par exemple la jauge assise réduite dans les festivals de cet été.

 


Crédit cover : François Mori / Pool

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés