Pierre Sormonian rend hommage à la scène lilloise au travers d’une trilogie de documentaires

19/03/2021

Initié en 2012, la finalité du projet documentaire de Pierre Sormonian prend aujourd’hui tout son sens. Plus qu’un hommage à Lille désormais, c’est un hommage à la nuit, à la fête et aux artistes que nous propose le réalisateur.

L’avènement d’un documentaire dans l’ère du temps

Pour Pierre Sormonian, ce documentaire est presque le projet de toute une vie. Il aura fallu sept années de captations, de réflexion et deux années de montage ensuite pour produire sa trilogie. Après des études de cinéma où il s’est pris d’intérêt pour le genre documentaire, Pierre souhaitait initialement créer un film unique. La thématique ? La scène musicale lilloise, du point de vue des artistes.

Face à la multitude de talents présents dans le secteur, le projet a évolué vers un triptyque, intitulé Tales of a Rocking Town. Le premier épisode, All We Need, est sorti en février 2019 et l’approche est claire. L’expérience de la scène se fait cette fois du côté de l’artiste. Du travail en amont, au choix de la setlist, en passant par les heures sur les routes et le ressenti en coulisse, le concert va bien au delà des quelques mètres carrés où l’on se produit. En ces temps troubles pour la fête, Pierre Sormonian a décidé de diffuser les deux autres chapitres de son projet en janvier 2021. Comme un appel à la réouverture des lieux de culture, le lillois se languit de revoir sa terre habituellement festive reprendre vie.

Du côté de Lille

Quand on pense à la capitale du Nord, on s’imagine les fricadelles sur la Grand’Place, l’accent prononcé et des bons vivants qui affrontent le froid avec le sourire. Pierre Sormonian nous prouve qu’au contraire à Lille, il fait bien chaud, et surtout la nuit. Le plus gros morceau de sa trilogie se nomme Enfants sauvages de Lille et retrace les années de vie du groupe We Are Enfant Terrible, le trio électro pop. À travers les cinq chapitres, on découvre leurs vies, leurs envies, mais aussi les artistes qui les inspire et avec qui ils collaborent. You Man, Antoine Pesle, Rocky, Paprika Kinski, etc … autant d’exemples sur comment Lille vit la musique et s’imprègne de l’électronique depuis la dernière décennie.

La dernière tranche de vie qui vient clôturer le projet est celle du groupe électro-pop-funk Bodybeat. Leurs réflexions sur la place de l’image dans la musique vient faire écho à la manière dont on consomme le live aujourd’hui : par écrans interposés. Mais comme dit dans le Bodybeat Method, est-ce que la musique, finalement, n’est pas faite pour s’amuser et être vécue en live ?

 


Crédit cover: Josselin Lh

Écrit par Manon Roussel

19/03/2021

Ça vous intéressera sûrement…

DJ Harvey from Tonka / Circus Warp tent - Glastonbury 1990 c/o Fiona Cartlege
Un nouveau documentaire sur la naissance des free party va voir le jour

Aaron Trinder, le réalisateur du documentaire "Free Party" qui parle de la naissance des mouvements illégaux, a propose à sa communauté de l'aider financièrement à présenter son projet. Il prépare en effet son long-métrage depuis ...

Photo du Fyre festival en 2017
Les participants du Fyre Festival vont enfin être remboursés, 4 ans après

Après 4 ans de procès, les 277 participants du tristement célèbre Fyre Festival vont (enfin) se faire rembourser. Ce dernier, censé se dérouler en avril 2017, avait fait rêver, mais il n'était en fait qu'une ...

Photo de la manifestation des soundsystems à Montpellier
Montpellier : le nouveau docu ‘Zero Décibel’ met en avant la culture, oubliée de la pandémie

Hugo Billars aka Farfacid et son acolyte Charlie Salmeron, aka Carlito.rec, sont partis à la rencontre des Montpelliérains afin de présenter l’impact de la crise du Covid-19 sur la culture, et particulièrement sur le secteur de ...