La Côte d’Azur a sa nouvelle ambassadrice de la hard techno avec Boticka

par Manon Roussel
La productrice Boticka. Crédit : Auriane Lopez

Bien décidée à faire de la Côte d’Azur un nouveau vivier de la techno, l’artiste Boticka vient donner un nouveau souffle à la scène hard techno avec un premier EP taillé pour le dancefloor. Sorti le 20 octobre, “Blood Nebula” fait le tour des influences rave et acid en trois titres. 

Boticka : une nouvelle artiste à suivre

Parmi la génération de ravers qui est passée derrière les platines pendant le confinement, il en est une qui tient une place toute particulière dans le sud de la France.

En effet, la région en est à ses balbutiements en terme de musiques techno, mais certains acteurs comme l’artiste Boticka commencent à sortir leur épingle du jeu.

Boticka derrière les platines

Boticka derrière les platines

D’abord orientée techno mélodique, la jeune azuréenne a eu le coup de foudre pour la hard techno lors de ses virées à Berlin. Depuis, elle s’est appropriée le genre à sa manière, ce qui lui a permis de devenir la première à représenter le style sur la Côte d’Azur.

Dans son parcours, elle est notamment soutenue par l’équipe de Maison Sonore. Elle inaugure d’ailleurs leur label Future Records avec cette première sortie.

Bienvenue dans la nébuleuse hard techno

L’énergie que Boticka met derrière les platines, elle se retrouve désormais dans son premier EP intitulé “Blood Nebula”. Sorti le 20 octobre dernier, l’opus dévoile en trois titres un univers à la fois touchant et sans concession.

Le style de la productrice est un véritable hommage aux soirées “warehouse” européennes actuelles, tinté de son amour premier pour les mélodies. Ainsi, la hard techno devient solaire et dansante dans ce voyage au pays des raves.

L’EP s’ouvre sur le titre éponyme “Blood Nebula”, avec des lignes de TB 303 acid rondes et enveloppées. Le kick sec et les nappes rave mélodiques montent crescendo tout au long du morceau, pour une immersion garantie.

“The Second Coming” garde une influence acid techno mais plus industrialisée, ce qui donne une ambiance cyberpunk à ce 2ème titre. L’album se termine ensuite sur “Resurrection”, un morceau profond où la lumière règne grâce à des réverbérations mystiques.

Pour écouter ou acheter l’album, c’est par ici.

 

 


Article sponsorisé.

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés