Les festivals de psytrance européens s’unissent face à la crise du coronavirus

par Louise Verguin

Le monde de la culture fait aujourd’hui face à une situation aussi exceptionnelle que déboussolante, appelant à l’arrêt complet de multiples événements, et ce pour une durée encore indéterminée. De nombreuses structures de la branche psychédélique de la culture ont rejoint l’initiative « United European Festivals », dans le but de se soutenir en attendant de pouvoir se retrouver sur les pistes de danse.

Un coup dur pour les festivals européens

La crise du Covid-19 a déjà atteint l’univers de la psytrance. En conséquence, plusieurs festivals -attendus chaque année avec impatience par les participants mais également par les organisateurs et travailleurs du spectacle- doivent se résoudre à annuler leurs éditions respectives.

Ainsi, des mastodontes européens comme le Boom Festival, le MoDem et le Shankra Festival ont déjà annoncé le report de leur édition à 2021. C’est aussi le cas du Son Libre et de l’O’Zenergie dans le sud de la France. La plupart des autres événements attendus avec impatience comme l’Ozora, le Psy-Fi, le Wao, ou encore le Master of Puppets, sont déjà en réflexion pour trouver la meilleure alternative.

Unity in Dance, Solidarity in Crisis

Le temps est à la solidarité, à défaut de pouvoir se réunir sous une seule et même canopée cet été. 22 festivals psytrance européens ont créé une initiative appelée United European Festivals, ayant pour objectif de partager en toute transparence les difficultés rencontrées par le milieu actuellement, tout en renforçant les liens de la communauté pour surmonter les difficultés à venir.

Boom, Ozora, MoP, MoDem, Hadra, Ethereal Decibel, 7 Chakras, Fora de Tempo… nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel. Une lettre a été partagée par chacune des organisations, expliquant les problèmes engendrés par la fermeture des frontières, les restrictions de voyage et les périodes de confinement. Le financement ainsi que chaque étape de l’organisation est remis en question, et la survie de certains festivals est mise en jeu. L’union espère que chaque festivalier comprendra les décisions prises dans les jours à venir, puisqu’elles sont émises non pas par choix mais par devoir.

Lettre complète sur le site du Hadra Trance Festival.

Crédit cover : Pawel Wieloch

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés