Espagne : un système “100% sans covid” développé dans les salles de concerts et clubs

par marion watier

Le monde de la nuit est progressivement en train de reprendre espoir grâce à une série d’expérimentations organisés dans plusieurs établissements à Barcelone et sur la Costa Brava. Pour ce faire, 3 dispositifs seraient mis en application : des tests à l’entrée des événements, la mise en place d’une application de “pass sanitaire” et l’installation de machines de désinfection.

Un dispositif déjà utilisé en Asie et dans les soins intensifs

Ce système a été développé en collaboration avec des spécialistes, et vise à prouver que les établissements culturels ne représentent plus de danger. Il s’agit de mettre en place des tests systématiques avant chaque évènement, ainsi que d’installer des machines capables d’éliminer 100% de la présence du virus et de ses mutations dans l’air et sur les différentes surfaces de l’établissement. Ce dernier a été validé par l’ENAC (l’Entité Nationale d’Accréditations Espagnole) et serait même déjà utilisé en Asie ainsi que dans les services de soins intensifs.

Enfin, le “Liberty Pass App” sera obligatoire. Similaire au pass sanitaire qui va faire son apparition en France, c’est une initiative datant de fin 2020 qui permet -grâce à un QR code- de laisser les utilisateurs assister à des évènements durant 72h puisqu’il fait gage d’un test négatif, voire même d’un vaccin.

interface de l'app Liberty Pass

interface de l’app Liberty Pass

Après le succès d’un concert test – Primavera Sound à Barcelone – où 1000 personnes étaient présentes et après lequel aucun cas positif n’a été recensé, l’utilisation de ce système pourra donc grandement favoriser la réouverture des clubs espagnols. D’autant plus qu’il sera possible d’aller en boîte sans masques, et sans distanciation sociale.

“Nous demandons au gouvernement de s’asseoir avec nous, et de travailler sur la réouverture de cette industrie, ainsi que sur le retour du tourisme et de l’économie en autorisant des évènements tests dans nos établissements. Ceci permettrait au monde de la nuit de prouver qu’il peut coexister avec la pandémie”, a déclaré Joaquim Boadas, le secrétaire général de l’INA (Association Internationale de la Vie Nocturne).

 


Crédit cover: Hara Amoros

Articles similaires

Newsletter

Les actus à ne pas manquer tous les mois dans votre boîte mail.

LOGO_ELECTRO NEWS_BLANC

À propos

© 2022 – Electro News. Tous droits réservés