“Ces DJs sont des p*tains d’idiots” : le coup de gueule de Dave Clarke face aux événements illégaux

19/08/2020

Dans un post publié sur sa page Facebook, Dave Clarke a récemment poussé un coup de gueule. Selon lui, les DJs participant à des événements illégaux ternissent l’image de la scène électronique et font prendre des risques sanitaires à leur public. 

Amelie Lens à Paris prise pour cible



Le DJ et producteur britanniques a publié le 17 août dernier un long message adressé au monde de la musique électronique, et plus précisément à ses confrères. L’artiste explique être très déçu par les Djs jouissant d’une renommée internationale, et n’ayant pas de soucis financiers, qui se sont produits à l’occasion de soirées illégales.

Il va même en plus loin en reliant certains événements et les nouvelles mesures prises par les villes en question.

Traduit de l’anglais par Trax :

“Je suis très déçu par “notre scène”… En disant cela, je ne m’adresse pas à tous les DJs qui ont de vrais soucis financiers et qui doivent travailler pour survivre – cette décision leur appartient. Toutefois, certains DJs de haut vol qui n’ont pas tant besoin d’argent, se sont engagés dans une logique FOMO (par peur de laisser filer des opportunités, poussés par leurs managers, sans aucun doute) et jouent dans des environnements qui sont loin d’être légaux” déclare t-il.

“Les DJs internationaux qui participent à ces soirées illégales ont craché sur ces industries légitimes, ils ont craché sur les travailleurs de l’ombre qui ont construit leur légende, et dans quel but ? Celui de publier des statuts sponsorisés sur les réseaux sociaux, racontant à quel point les concerts leur manquent… ces DJs sont des putains d’idiots ! La crise n’est pas finie, et ils ont probablement aggravé les choses sciemment, mais bon, « c’était un super concert » continue-t-il.

“J’ai constaté (comme beaucoup d’autres dans notre secteur) tant de « coïncidences » troublantes ces derniers temps… En Belgique, par exemple, les organisateurs d’une fête près d’Anvers ont envoyé un e-mail expliquant que le port du masque et les mesures de distanciation sociale n’y étaient pas obligatoires. Quelques semaines plus tard, Anvers votait un couvre-feu. À Paris aussi, d’étranges fêtes se sont tenues, et maintenant Paris voit à nouveau les cas de contaminations augmenter.”

Cependant, le DJ salue les événements étant organisés en respectant les nouvelles normes sanitaires en vigueur. “J’ai vu un événement se tenir ici à Amsterdam, où l’ambiance était certes étrange mais où tout était bien fait, et d’autres clubs comme le Fuse ou le Kompass ont fait de leur mieux pour apporter un peu de bien-être dans ce contexte angoissant.”

La publication a d’ores et déjà suscitée de nombreuses réactions.



Écrit par Nour Mbaye

19/08/2020

Ça vous intéressera sûrement…

Homme qui installe un soundsystem
[VIDEO] Un voisin agacé interrompt un concert de classique avec de la techno

Alors qu'un quatuor à cordes jouait dimanche dernier dans les jardins de l’hôtel particulier De Salons dans la ville de Sint-Niklaas, un voisin du lieu a décidé d'arrêter l'évènement en diffusant du metal et de la ...

La rave party organisée pendant le confinement. Crédit : DAPHNE ROUSSEAU / AFP
2 ans de prison requis contre l’organisateur de 22 raves, dont une pendant le confinement

Un homme de 27 ans, soupçonné d'être à l'origine d'une association promouvant la musique électronique, risque deux ans de prison avec sursis pour avoir organisé 22 raves parties en région parisienne, dont une pendant le ...

2 photos de l'Element Festival en Pennsylvanie
Pennsylvanie : un festival tourne au désastre et est comparé au Fyre Festival

Détrôner le Fyre Festival, élu pire festival en 2017? C'est chose faite, depuis le week-end dernier en Pennsylvanie, à l'occasion de l'Element Festival. Celui-ci a officiellement présenté ses excuses suites aux plaintes des festivaliers sur ...