Val-de-Marne : un pavillon transformé en boite de nuit géante réunit 300 fêtards

16/11/2020

Dans la nuit du 13 au 14 novembre, plus de 300 personnes se sont rassemblées dans un loft en Val-de-Marne. Les participants se sont enfuis à l’arrivée de la police mais trois d’entre eux ont tout de même été placés en garde à vue. Ils sont suspectés d’avoir organisé cette fête clandestine dont l’entrée était payante.

Bar, piscine, sono et hammam




Suite à l’appel d’un riverain pour tapage nocturne, une douzaine de policiers sont intervenus dans un loft de Joinville-le-Pont. Ainsi, vers 2h du matin, c’est un portail haut de trois mètres surplombé de barbelés qui attendait les forces de l’ordre, ainsi qu’un vigile.

Une fois à l’intérieur, ils découvrent une scène hallucinante: 300 à 400 personnes faisant la fête malgré le confinement. Bar, chicha, piscine, hammam, sono, lumières… Tout y était. Une centaine de participants se battaient déjà sur le dancefloor lors de l’arrivée de la police, rendant l’intervention délicate.

Les choses ont donc vite dégénéré. Deux grenades de désencerclement ont dû être utilisées par les policiers pour répondre aux nombreux projectiles qui leur étaient lancés (bouteilles, canettes, cigarettes électroniques et même des appareils à chichas). Créant la panique, les participants ont pris la fuite, notamment par le toit. Mais l’un deux retrouvé non loin du loft a assuré être grièvement blessé à l’œil à cause d’un tir de LBD, selon son témoignage.

Trois autres personnes ont quant à elles été arrêtées et suspectées d’être à l’origine de cette fête clandestine. La Sureté Territoriale a ouvert une enquête pour incriminer les coupables. Les policiers qui sont intervenu ont également porté plainte pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Et pour couronner le tout, au moins un des invités a été testé positif au Covid-19.

D’après les riverains, le loft accueillait ce type de soirées depuis le mois d’août.



Crédit cover: Linh PHAM / AFP

Via Le Parisien

Écrit par Iona Lebarbier

16/11/2020

Ça vous intéressera sûrement…

8 mois de prison ferme requis pour avoir organisé 22 soirées clandestines pendant le confinement

Le 25 novembre dernier, Lenny R., à l'origine de 22 soirées clandestines organisées durant le confinement, était placé en garde à vue avec sa sœur, accusée de complicité. Les deux jeunes gens sont passés vendredi ...

Les français pourront fêter Noël et le Nouvel An librement, a annoncé Macron

Emmanuel Macron a pris la parole hier soir pour annoncer le plan de déconfinement. Ce discours était particulièrement attendu puisqu'il décidait du sort réservé aux fêtes de fin d'année. On sait désormais qu'il sera possible ...

Des élèves de police ont organisé une soirée clandestine pendant le couvre feu

Le 28 octobre, une centaine d'élèves policiers ont organisé une fête clandestine en plein pendant la période du couvre-feu à 21 heures. Cette scène à peine croyable s'est déroulée près du stade de l'école nationale de ...