Nicolas et Corentin, fondateurs de Radio Le Triangle

Radio Le Triangle : la radio funky et psychédélique qui lutte contre la déforestation

28/06/2021

Imaginez si l’on pouvait sauver la planète en écoutant de la trance… Le rêve ! C’est une idée qu’ont exploité Corentin et Nicolas, les créateurs de Radio Le Triangle. Très engagés, ces deux amis vous invitent à faire un geste écologique au son d’artistes aussi bien novices qu’expérimentés.

EN : Bonjour, Radio Le Triangle ! Vous êtes une radio très engagée sur le plan écologique. D’où est venue l’idée d’associer la musique à cette cause?

Nicolas : Je pense que l’idée initiale n’a pas été d’associer la musique à la cause, mais plus d’utiliser la radio pour faire valoir les valeurs que nous partageons au sein de l’équipe et dans nos vies personnelles. Personnellement, je pense avoir un peu toujours eu ce penchant écologique, mais c’est aussi dans les milieux type festivals ou teufs que j’ai le plus développé ce côté-là. Après, pour parler un peu plus de la cause qu’est la reforestation, nous travaillons avec l’entreprise Reforest’action, qui reboise des forêts dans le monde et qui contribue à la biodiversité ainsi qu’à l’emploi.

Corentin : Tout à fait d’accord avec Nico. De plus, nous sommes persuadés que la culture possède un réel pouvoir de soutien du mouvement écologique qui devrait-être au centre de toutes les préoccupations actuelles.

Vous ne vous consacrez pas uniquement à la reforestation. Quelles sont vos autres actions, vos engagements ?

Nicolas : Pour le moment, avec notre radio, nous ne sommes consacrés qu’à la reforestation. Mais nous avons contacté d’autres associations et entreprises – notamment la célèbre association WWF – pour savoir si l’on pouvait s’associer de la même façon qu’avec Reforest’action. Cependant, nous n’avons pas eu la possibilité de le faire.

Corentin : En revanche, il est vrai qu’avec Reforest’action, nous contribuons également à la création d’abris pour animaux (en forêt bien sûr).

Les artistes émergents sont, eux aussi, au cœur de vos préoccupations. Considérez-vous que Radio Le Triangle peut considérer un tremplin pour leur carrière ?

Corentin : Aujourd’hui la radio est en plein développement, nous avons donc forcément des gros artistes (que l’on adore) mais nous sommes effectivement ouverts à tous ! Cela nous est égal que l’artiste soit en train de produire dans sa chambre, notre objectif est également de mettre en lumière des petits nouveaux. Je pense à mon ami Nectar (de la Cosmic Company à Nantes) qui est vraiment très bon dans son genre. On serait évidemment très heureux, sur le long terme, de pouvoir lancer des carrières

Pouvez-vous nous décrire une journée type de programmation de Radio Le Triangle ?

Radio le Triangle s’est construite sur 3 piliers (d’où le nom) : la musique Planante, Funky et Psychédélique sous toutes ses formes. On commence donc la journée avec de l’ambient, psychill, deep techno et psydub, puis de la synthwave, du rock stoner ou encore de la goa old school. Apparaît ensuite la cumbia, du funk, de l’électro-swing et (toujours) de la goa, cette fois un peu plus récente. Dans l’après-midi, la techno et la psytrance pointent le bout de leur nez. À la tombée de la nuit, et on finit sur de la darkpsy ou encore de la forest, de la nitzhogoa et bien d’autres…

“On a pensé à une programmation très progressive et variée afin d’emmener l’auditeur du matin au soir au travers d’un réel parcours émotionnel”, nous expliquent les créateurs de la radio engagée.

Pouvez-vous nous expliquer les avantages dont bénéficient les membres de votre radio ?

Nous avons développé trois abonnements permettant aux auditeurs d’accéder à tous nos contenus : premièrement le replay des interviews, mais il sera également possible pour eux d’avoir accès à des articles et des livres audio en illimité sous peu. Ils bénéficient aussi d’une réduction de 5% sur toute notre boutique dont les produits, en cohérence avec nos valeurs environnementales, sont réalisés à la demande pour éviter la surproduction et le gâchis. Les abonnés soutiennent également la reforestation en devenant membre et peuvent même aider l’asso Hadra (organisatrice du célèbre Hadra Trance Festival) qui est l’un de nos partenaires.

Avez-vous des projets un peu fous, ambitieux ? Votre webradio est-elle en train de s’étendre vers de nouveaux horizons ?

Des projets fous ? Mais nous n’avons évidemment que ça ! Pour l’évolution de la radio, il y aura bien sûr des événements physiques (quand la situation nous le permettra) mais également un label et pourquoi pas un aspect booking pour aider les artistes émergeant à trouver des dates pour se produire. On a également pensé à un lieu culturel sur Lyon qui mêle radio, bar, boutique, disquaire, expo et évènements.

Mais notre projet le plus dingue… C’est de finir par arriver sur un modèle comme Ecosia. C’est-à-dire qu’à chaque fois qu’un auditeur allumera Radio Le Triangle, un arbre sera planté dans le monde. C’est complètement dingue, et on en est conscient, mais c’est notre objectif !

Une anecdote à nous raconter dans l’histoire de Radio Le Triangle?

Pour la petite histoire, on a lancé une première version de la radio en 2018 qui n’a durée qu’une seule année (on a relancé la radio depuis le premier confinement). À cette période, on ne prenait pas vraiment le projet au sérieux et notre première victoire avait été d’être invité par un festival en Normandie (le Dox’Art) pour réaliser un article sur l’événement. Malheureusement… ça a été un réel échec ! On a beaucoup trop bu, et on avait peu de souvenirs de l’event. De plus, on avait perdu l’appareil photo qui nous avait permis de réaliser tout le reportage photo.

On a donc du improviser, et demander les photos d’un généreux photographe qui était présent (big up si tu te reconnais !). On a donc fini par baser tout l’article sur les anecdotes de nos potes… Autant dire que l’on n’était pas très fiers. Mais maintenant que le projet (et les bonhommes) sont un peu plus matures, ça ne risque pas de se reproduire !

Merci Corentin et Nicolas d’avoir répondu à nos questions ! Nous vous souhaitons une bonne continuation. 

 

 

Écrit par marion watier

28/06/2021

Ça vous intéressera sûrement…

Photo du DJ Absolute
“Je veux transformer chaque moment en célébration” : entretien avec ABSOLUTE.

Révélé par sa couverture sur le magazine anglais Mixmag, ABSOLUTE. est désormais encensé par les médias. Inspiré par les plus grands du milieu de la musique électronique, le DJ aux cheveux jaunes fluo reprend le ...

Cynthia Laclé
“Être DJ, ce n’est pas juste toucher des boutons” : rencontre avec la DJ Cynthia Laclé

Nous nous sommes entretenus avec Cynthia Laclé, une artiste hollandaise qui a concouru dans de nombreux concours de DJ. En 2017, elle termine première du concours de DJ des Pays-Bas et devient la première femme ...

Photo de MxFit
“Mon travail est un hymne qui appelle à se libérer” : entretien avec Mx Fit, danseur et artiste

A l'occasion de la sortie du film Where Love Lives qui célèbre la scène clubbing et son inconditionnelle tolérance, nous nous sommes entretenus avec The Mx Fit, un membre phare du collectif Glitterbox. Présent dans ...