[Paris] 5 bonnes raisons d’assister au grand retour du Weather Festival

10/04/2019

Après deux longues années d’absence, l’équipe du Weather Festival revient plus déterminée que jamais avec une édition fracassante. C’est à la Seine Musicale sur l’île seguin, à Boulogne Billancourt que le crew signera son grand retour.

1 – Un retour sur de bonnes bases

Après une campagne de teasing léchée, le couperet est tombé. C’est à travers un manifeste disponible sur la page de l’orga, que nous comprenons la démarche, et le but de ces deux années de silence. Un besoin de se recentrer, d’affiner ses choix, dans une jungle ou pléthore d’événements et de festivals cohabitent. Le message laisse présager quelque chose de bon, d’ambitieux, et de tonitruant.

2 – Un lieu monumental

Érigée en lieu et place des mythiques usines Renault, la Seine Musicale est un véritable joyau technique et architectural. Le lieu permettra de proposer une scénographie pointue, une sonorisation travaillée et une qualité d’accueil incomparable. Clin d’œil à l’édition de 2014, puisque l’équipe avait déjà investi une partie des 36 000 m² lors de cet opus. Seule différence cette année  : le festival s’étalera sur une soirée pour 14 heures de son non stop, répartis sur trois scènes.

3 – Un savoir faire inégalé

Qui ne se souvient pas des précédents opus ? Au bois de Vincennes, ou sur le tarmac de l’aéroport du Bourget ? Il est certain que l’équipe du Weather Festival s’y connait en la matière. Nina Kraviz, Riccardo Villalobos, Jeff Mills, Rodhad, Blawan, Len Faki, et bien d’autres encore, se sont succédé sur les scènes des différentes éditions.

4 – Une programmation calibrée

Brice Coudert de Concrète est à la direction artistique, et cela se ressent tant le line up est cosmopolite. La programmation se veut paritaire et ouverte sur la scène française avec aussi des têtes d’affiches internationales. Nous pourrons notamment  compter sur la présence de la talentueuse Anetha qui partagera l’affiche avec l’incontournable Daniel Avery, KiNK, ou encore les israéliens Red Axes.

5 – Des live d’anthologie

Une grande place sera accordée au live et aux projets inédits. Lanark Artefax, jeune prodige écossais viendra présenter son live A/V avec une scèno et une ambiance singulière. Suivi de près par Shlomo et Antigone pour leur projet commun : LUXOR, pour une première en France. Park hye jin viendra quant à elle représenter la house sud coréenne. Octo Octa et Eris Drew débarquent à à la Seine Musicale pour un premier b2b commun, artistes ultra-engagées pour la cause trans et queer plus généralement. Ces DJ et productrices représentent à merveille la scène house américaine.

Event ici

 

 

Crédit cover : Geo H Photo (pour Electro News)

Écrit par Hugo Audoyer

10/04/2019

Ça vous intéressera sûrement…

Photo du duo Industry 43
Industry 43 : les nouveaux prodiges de la scène techno industrielle venus de Bretagne

Né il y a deux ans, Industry 43 se singularise avec des DJ sets à quatre mains surprenants et des productions énergiques. Ainsi le duo venu de Rennes pourrait bien être la nouvelle révélation de ...

Vue depuis la scène du festival Le Fort 9 2022
Le Fort 9 prolonge son festival pour une troisième soirée house et techno en bord de mer

Le festival Fort 9 joue les prolongations en proposant une ultime soirée avec vue sur la baie de Quiberon. Après un festival enchanteur le week-end du 30 juillet, cinq artistes house et techno sont attendus ...

Soirée Maison Close au KM25. Crédit cover: Leviet
Deux labels parisiens convoquent des piliers de la techno pour une soirée sous le périph’

Les labels parisiens Construct Re-Form et S.Lab Ltd ont décidé d'unir leurs forces sur un premier évènement en open air. Celui-ci aura lieu le 5 août au Kilomètre25 avec pour invité d'honneur Surgeon et d'autres grands noms de ...