‘Failles’ : le clip qui fait jaillir les vices du confinement sous fond de techno

19/11/2020

Le nouveau confinement tombe à pic pour la sortie du clip « Failles » . Une collaboration entre le réalisateur Nicolas Démousseau et l’artiste ambient Pacöm, qui nous montre leur version des émotions ressenties lorsqu’on est enfermés.

Un clip qui monte crescendo

Quatre amis, des valises, un portail qui se referme. On est le 17 mars 2020, le président vient d’annoncer un confinement total. Dans le clip, fiction et réalité se mêlent puisque le tournage s’est déroulé en temps réel durant la quarantaine. Période qui nous a mis à rude épreuve, notamment sur la capacité à vivre avec soi, et parfois avec les autres, sans échappatoire.

C’est cette facette psychologique que l’équipe a voulu mettre en scène, comme un témoignage de cette période historique. Chacun son vice : l’alcool, le télétravail ou la colère, est-ce possible de ne pas se laisser envahir ? C’est par l’art que répondent Pacöm et Nicolas. Trouver le moyen d’exprimer ses émotions pour ne pas qu’elles nous rongent, et ce confinés ou non.

L’ambiance et l’évolution du clip sont soulignées par une bande-son progressive techno. Un son léger et aérien, où tout va bien, puis qui s’enrichit et se noircit au fur et à mesure de la vidéo, avec des sonorités plus métallisées.

Du son au service de la création artistique

Pacöm est un artiste implanté à Nantes, qui trempe dans la musique électronique depuis une dizaine d’années. Son credo, c’est l’ambient. Le producteur s’inspire principalement de ses voyages et des autres formes d’art, afin de créer un tout artistique cohérent. À l’instar des projets de Molecule ou Maxime Dangles, il capture et utilise les sons rencontrés au quotidien dans ses tracks, planantes et voluptueuses.

photo du clip Failles

Photo du clip Failles

Mais outre la manière de produire, il travaille beaucoup sur la restitution de ses projets. Notamment en proposant des concerts au casque, qui permettent une immersion complète dans le son.

Aujourd’hui, c’est en collaboration avec des comédiens nantais et parisiens (Romain Bogrand, Adrien Pierre, Farah Sadallah et Laura Renault) ainsi qu’avec le réalisateur Nicolas Démousseau qu’il exploite le contexte du confinement pour créer.

 

Écrit par Manon Roussel

19/11/2020

Ça vous intéressera sûrement…

À voir : quand la peinture de Jade Ouari rencontre l’électro planante de LineFive

Deux amis ont décidé de mêler leurs arts au travers d'un clip, 'Jade', sorti le 6 novembre. L'électro de LineFive y rencontre ainsi la peinture de Jade Ouari Arts sur fond d'un discours doté de ...

Tuer ou aimer : le clip interactif de CTRL-Z qui urge le spectateur sur l’urgence climatique

CTRL-Z -enfant des années 80 influencé par les technologies et l'informatique- s'interroge à travers son œuvre sur le rapport entre l'humain et la machine, au travers d'un nouveau clip où le spectateur est le protagoniste ...

Répondre au téléphone et entrer en transe : le dernier clip décalé de Samaran

Samaran -DJ et producteur français à l'origine de la mythique track Paris Madness- débarque de nouveau sur le devant de la scène électro avec un single aussi prenant que son clip n'est déroutant. 'Allo', sorti ...