Si vous avez foulé le Paris Event Center le week-end dernier, vous avez sans doute dû en être marqué, tout comme nous. Une soirée dans les règles de l’art, simple et efficace, sous le signe de l’acid techno.

On vous partage notre ressenti, et les réactions de l’équipe Contrast.

Commençons par le début, pourquoi avoir choisi ce lieu -jusqu’alors seulement exploité par le Weather Festival- alors que vos soirées se déroulent habituellement dans des hangars ou spots underground?

Edouard, fondateur et DA de Contrast : « Avec l’entrée dans cette nouvelle année, nous voulions mettre la barre bien plus haute et prouver que nous étions capables d’accomplir des événements de taille, on a voulu investir ce lieu à notre façon. Nous avions bien terminé l’année 2016, et le Paris Event Center a été pour nous un défi osé, mais possible. »

Arrive le Jour J, comment gérez-vous la pression, les ventes se passent-elles bien?

Edouard : « Pour être bref, tout est allé très vite le vendredi. Plus de la moitié des tickets ont été vendus en moins d’une demi-journée, en plein montage c’était la cascade, puis le SOLD OUT. On s’est dit Merde les gens sont là quoi! »

La soirée n’a pas encore commencé que nous passons voir les artistes et le montage.

Les Anglais Sterling Moss, Chris Liberator, Tik Tok et The Geezer ainsi que les autres artistes se retrouvent tous ensemble dans une ambiance conviviale, il y en a pas mal qui se connaissent et certains ont déjà trop hâte. Sterling Moss inaugurera sa résidence ce 10 février.

Côté montage, tout est dans les temps, les bénévoles sont au taquet, le coin chill avance (collectif Abyme) et prend vie avec de superbes réalisations home-made. Les derniers réglages son et lasers sont effectués, les dernières barrières installées et la soirée ouvre ses portes.

Pendant la nuit, aucun problème majeur, Mtee commence à chauffer le public pendant 3 heures, puis s’ensuivent les 2 Français Minimum Syndicat, pour un live survolté, qui laisseront ensuite place à l’ « homme de la soirée »  I Hate Models. Sa techno nous fera planer entre sonorités mélodiques, kicks à 145 BPM et touches acides. On ne parlera que de lui !

Dé men tiel[SOLD OUT] Contrast : Rave Line 3 // I Hate Models

Publié par Romain Sallé de Chou sur dimanche 12 février 2017

 

On n’est même pas encore la moitié de la soirée lorsque Jacidorex débarque pour une heure de live. Le Belge était attendu, et sa Neo Acid va survolter la foule. Pour les 6 dernières heures, place aux 4 Anglais qui se déchaîneront à coups d’acid techno et de sons bien old school.

Sterling Moss, how did you feel your first gig as resident?

 

« After playing at ‘Contrast: Rave Line 2’, I was very honoured to be asked by this fantastic organisation to be the new resident at their massive Rave Line parties.

For my first gig as part of the team at ‘Contrast: Rave Line 3’, I had such a great experience. Amazing production in an underground environment, the promoters have got a really good idea of what it takes to make a rave happen, and you could see this from the enthusiasm of 3500 Parisian ravers. Brilliant music all night from a cleverly constructed line-up of artists, superb visuals & lighting in an incredible venue, plus great energy at the centre of the promotion team – this radiates onto the dancefloor to create a wonderful atmosphere.

I think these events are some of the best in Europe at the moment, so I am very proud to be part of their team and hope we can get together to Eat Sleep Rave Repeat for a very long time to come. »

Traduction :

« Après avoir joué à la Contrast: Rave Line 2, j’ai été honoré qu’on me demande de rejoindre l’équipe Contrast et de devenir leur résident pour les soirées Rave Line complètement folles.

Je garde un excellent souvenir de ma première fois en tant que membre de l’équipe Contrast pour la Rave Line 3. Une organisation parfaite dans une ambiance underground. Les organisateurs ont une très bonne vision de la rave party et savent s’y prendre, on le devine simplement en voyant 3500 teuffeurs plein d’enthousiasme, réunis dans un seul endroit. En plus d’une excellente musique toute la nuit, le line up est très bien réfléchi, les visuels sont splendides et le show laser est superbement conçu dans un endroit grandiose. Ajoutons à cela une cohésion de groupe au sein de l’équipe et une atmosphère unique voit le jour sur le dancefloor.

Pour moi, ces événements font partie des plus gros en Europe dans le style, et je suis fier de faire partie de l’équipe. J’espère que nous pourrons tous ensemble nous retrouver sur du Eat Sleep Rave Repeat aussi longtemps que possible. »

 

On peut dire que vous avez réussi un pari osé et qui ne peut qu’être gratifiant et prometteur. Après avoir conquis des milliers de personnes, comment voyez-vous vos prochains événements? Quel mot de la fin?

Edouard :« On ne dévoile rien sur nos futurs projets, mais on peut tout simplement remercier notre public qui nous est toujours fidèle et cela nous touche. On vous promet de futurs événements tous plus surprenants et uniques les uns que les autres. Contrast n’a qu’une seule préoccupation, qui est est celle de toujours vous proposer plus grand en alliant professionnalisme et créativité. »

Vincent, co gérant et trésorier :« Ça fait toujours plaisir de voir qu’aux événements Contrast les gens sont totalement à fond comme nul part ailleurs, si on regarde la salle sur le moment où n’importe quelle vidéo de la soirée on perçoit une sacrée ambiance, on a même des gens qui viennent à nos soirées en béquilles! »

Ce genre de deter #bequillesisnotaproblem #electronews

Publié par Max Rosa sur mercredi 15 février 2017

Commentaires