L’organisation de I Love Techno a encore réussi son coup. La plus grosse soirée techno du sud de la France a réuni 25 000 festivaliers dont 3 000 européens pour sa septième édition à Montpellier.

Before

16 décembre 2017, 21h. La soirée ILT ne commence pas à l’entrée du parc des Expositions, non, elle commence bien avant. Dans le tram qui amène à la sainte soirée, tout le monde s’entasse, la chaleur monte, l’excitation se fait sentir. Les excès ramènent certaines personnes à la réalité avant même d’arriver sur place, mais pour tous les autres, l’euphorie est assurée.

Il est enfin l’heure de rentrer, nos jambes bougent toutes seules au rythme des basses que l’on entend résonner au loin.

I love techno

Arrivée sur les lieux

22h30. Paul Kalkbrenner présente son dernier projet Back to the future à une Red Room pleine à craquer. Ce set a probablement surpris les adeptes du producteur allemand car celui-ci n’a joué aucune de ses musiques. Et pourtant, il a su faire groover tout le monde en 1h45 grâce à une sélection soignée de morceaux old school.

La relève de la Berlin touch n’est autre que Sam Paganini. Dans un tout autre registre, le dj italien électrise la Red Room avec son set énergique à la limite de l’acid.

00h45. Après avoir traversé la foule qui s’amasse dans la grande salle, et le froid, il est temps de s’arrêter à la Blue Room, ou le royaume de la bass music. A ce moment-là, c’est Herobust qui échauffe la salle. Le jeune artiste américain jongle entre trap et dubstep avec des sons souvent mainstream, parfois inconnus. Dans tous les cas, il met le feu avant que Zomboy n’arrive et passe au cran au-dessus.

2h15. Le B2B qu’on attendait tant vaut le détour. Oxia et Agoria, les deux français illuminent la Green Room pendant 2h. A chaque morceau, la tension monte jusqu’à un drop à la hauteur de nos attentes. Evidemment, Oxia a joué Domino. L’hymne techno a été remixé à la sauce groovy à l’occasion mettant tout le monde d’accord.

Le clou du spectacle

4h00. Jeff Mills entre en scène. La rapidité avec laquelle mixe le producteur et dj de Détroit impressionne. Le jeu de lumières qui l’accompagne nous transporte dans son univers futuriste, et là, The Bells résonne. A-t-on vraiment besoin de préciser l’ambiance de la Red Room à ce moment ? Elle est à son paroxysme.

6h00. La mélodie de The Bells nous reste en tête, mais il est temps de rentrer dormir (ou de continuer en after?). On se donne rendez-vous le 15 décembre 2018 pour la prochaine édition de la I love Techno.

Les personnages marquants de la soirée ?

via GIPHY

  • Un white walker tout illuminé
  • Le couple de dinosaures
  • Les ballons d’hélium en forme de licorne (pas bête pour repérer ses potes égarés)

Commentaires