« Une aventure au cœur du Bocage Bourbonnais »

Afin de clore cette saison festivalière en beauté, nous voilà partis direction le centre de la France, au beau milieu de la vallée de l’Allier, pour une aventure au cœur du bocage Bourbonnais. C’est emplis d’excitation mais non moins d’appréhension que nous nous sommes dirigés en direction de la commune de Vieure. En effet, n’ayant pas assisté à la précédente édition, nous arrivions avec en tête les images et les sonorités de Lans en Vercors. Autant dire que notre barre de satisfaction était très haute !

Il était en effet difficile d’imaginer pouvoir égaler les hauteurs de Lans en Vercors, et pourtant ! L’association Hadra nous aura prouvé que cette pause entre 2014 et 2016 n’avait pas eu lieu pour rien. Le magnifique plan d’eau de Vieure aura su nous convaincre et adoucir notre peine de quitter les montagnes. Énergie et ambiance chaleureuse auront été les maitres mots de cette édition.

« Une scénographie d’une beauté déconcertante »

Cette culture psychédélique que l’association s’est donné pour mission de nous faire découvrir un peu plus, année après année, passe bien évidemment par l’art visuel, et une chose est sûre,  tout le monde s’est donné à fond !

Que ce soit MAE&MOA avec une magnifique canopée au rose et au bleu flashies à souhait, ou encore Les Lucioles d’Hadra avec un sublime bar multicolore; on peut clairement dire que la décoration a été une réussite cette année.

S’ajoute à cela une immense scène et ses losanges habillés d’un mapping envoûtant… Cette année encore, la scénographie d’une beauté déconcertante autour du thème de la Colombie, nous a effectivement fait voyager à travers les continents.

« Une programmation et une sonorisation d’une qualité signée Hadra »

Le Hadra c’est avant tout une programmation comme toujours à la fois éclectique et sérieuse, avec de la psytrance comme on l’aime sur la main stage, mais également d’autres types d’ambiances à l’alternative stage tels que de la techno ou de la dub, ou encore au chill out avec des sons psybient (downtempo) pour les amateurs d’un psychédélisme plus tranquille… Ce qui nous plaît avec l’équipe du Hadra c’est leur intention de ne pas miser uniquement sur les plus grandes têtes d’affiches habituelles, mais aussi et surtout sur la découverte d’artistes moins connus, ce qui fait la valeur ajoutée de cet évènement.

Nous avons ainsi pu apprécier les incontournables duo Itchy & Scratchy et Kokmok vs Oddwave, ces derniers en clôture sur la main stage le dimanche en  fin d’après-midi, ont littéralement mis le feu à la foule.

 

#ENreportRetour en terres psychédéliques avec des images du Hadra Trance Festival le week-end dernier.

Publié par Trance News sur vendredi 15 septembre 2017

 

Nous avons également eu la chance de faire de belles découvertes avec des artistes comme Giuseppe Hellquist, Orestis et son set des plus dark, (un régal), ou encore Version Bizar et sa prestation live au top du top!

Et bien évidemment comme chaque année, la surprise de fin où nombreux artistes sont remontés sur scène et ont pu rejouer certains morceaux, pour le plaisir de tous, offrant au public survolté un final de plus de deux heures qui a donné des frissons à tous.

N’oublions pas surtout, cette qualité sonore qui fait, il faut le dire, la réputation de ce grand festival français.

 

 

Durant ce long week-end, tout était parfaitement orchestré par les organisateurs et les bénévoles, jusqu’à même la météo typique Hadra qui était au rendez-vous cette année! Après l’édition 2016 en maillot de bain, nous avons eu droit cette année à une session remember du Vercors avec les nuits du vendredi et du samedi sous la flotte.

The temple (main stage) semblait être assaillie d’une pluie de paillettes grâce à  la combinaison des gouttes et des lasers, un spectacle d’une magie incroyable qui nous laissa sans voix. Comme si mère nature avec passé un accord avec l’asso pour agrémenter un peu la déco, rendre l’ambiance légèrement plus dark, collant ainsi parfaitement avec les échos de la nuit! Après tout, peut-on dire qu’un Hadra sans pluie est un véritable Hadra? Les plus frileux n’avaient cependant rien à craindre, malgré ces quelques heures quelques peu humides, le climat restait tout à fait agréable!

 

 

Tout au long de ces 52 heures de musiques psychédéliques, nous avons pu, et ce comme à chaque édition, évoluer dans un véritable village merveilleux, où nos yeux, nos papilles et notre esprit ont également trouvé leur compte, ainsi sans jalouser nos oreilles, grâce aux différents stands, ateliers, activités et autres conférences qui étaient proposés durant le week-end !

 

 

Mais on retiendra surtout, cette troupe de cirque qui nous aura fait mourir de rire en débarquant au son un matin, en tenue de gym pour un cours de fitness endiablé, ou encore en traversant le site, en rythme, à la queue-leuleu chacun sur sa paire de ski!

Le bilan de cette édition en ce qui nous concerne est plus que positif, et annonce pour nous, un futur grandissant pour l’association Hadra, en tout cas nous leur souhaitons, et le festival restera parmi nos préférés sur le territoire Français!

 

Crédit photo: Lena Gabrielle

Commentaires