Le 27 août a commencé un festival de 3 jours assez unique en Europe, le FORTE. Au programme de gros headliners techno, une expérience visuelle mais surtout un lieu hors du commun pour y accueillir un festival : un château

 

Etat des lieux

 

C’est à Montemor-O-Velho, une petite ville tranquille non loin de Figueira da Foz où se sont déroulés 3 + 2 ( before et after festival en club ) jours de festivités.

Le château étant situé sur une colline noyée de maisons, l’accès se fait par 4 longs escalators, ou bien pour les plus courageux des escaliers sont à disposition… on a essayé et on peut vous dire qu’on arrive vite essoufflé!

Une fille d’attente tranquille se dresse pour quelques vigiles. Côté intérieur on a affaire à un assez grand terrain! Un immense coin chill – arboré de food trucks, bar, toilettes ainsi que centre de sécurité – se dresse en premier lieu (côté gauche du château, la scène est à l’opposé) . On pourrait presque imaginer une petite deuxième scène dans ce coin chill tellement il y a de place, mais un détail nous met en déroute : le son y est trop fort même à l’opposé de la scène ( au Forte le son est bien trop fort dans le fort … ).

Effectivement, les murailles encerclant le château font office de caisse de résonance et où que l’on soit il est possible de danser sur un minimum de son, on vous parle pas des décibels juste devant le DJ!

Côté scène, on y accède par de petits escaliers en pierre mais juste avant on fait une halte au coin transats qui a fait de nombreux heureux, transats & poufs pour se poser tranquilou ! 2 bars latéraux longeant les remparts sont également là avec leurs prix sympa, seulement si on compare à nos festivals français…

forte-7

 

Visuels & lasers

 

Côté lights, rien de fou sur les stands, coins chill et mise en valeur du château. Par contre la disposition des lasers en carré autour de la scène était superbement réussie, une bonne programmation des lasers pour des lumières plaisantes à voir, non gênantes et en accord avec le moment musical!

forte-2

Également un des points forts de ce festival : l’expérience visuelle de ROBERT HENKE : Lumière II .

C’est lui qui a ouvert la première heure du festival avec ses  projecteurs laser orientés sur un grand  » rideau plat  » à la place de la scène et sur les 2 tours carrés à droite et à gauche de la scène à l’arrière.

Ce chef d’œuvre visuel est un peu comme mettre des mots, ou plutôt des formes sur la musique. Pas de symétrie présente, seulement des formes ( carrés, ronds, traits ) ondulant et crépitant au gré de la musique basée sur plusieurs épisodes coupés par des pauses.

Côté musique c’était par moments angoissant, par moments entrainant. On aurait dit qu’aucune règle de « style musical existant » n’était respectée, les sonorités allaient et venaient dans un style unique et propre.

forte-1

Pour les plus curieux, voici un aperçu :

Aperçu Robert Henke

 

Ce show d’une bonne heure a su ouvrir le festival en splendeur pour permettre à Paul Kalkbrenner d’enquiller et on en vient aux artistes.

Notons également que pendant le set de chaque artiste, derrière lui et sur les tours de chaque côté, un vidéoproj balançait des artworks somptueux, nous en avons rarement vu d’aussi beaux en festival.

 

Artistes & performances

 

On vous récapitule ce qu’on a pensé day by day :

Before FORTE le 26 au soir dans le club : un opening assez léger en nombre ( pas + de 200 personnes ) avec des artistes locaux et internationaux, techno et sympa.

Jeudi 27 : Paul Kalkbrenner avec un live pour l’opening d’1h30, un pur plaisir, la plupart de ses sons venant de son nouvel album. On a eu affaire à un Paul en forme, et on a également eu droit à ses sons fétiches tels ‘Sky and Sand‘ et ‘Altes Kamuffel‘. Lui emboitant le pas Rui Vargas et Gaiser avec des sets techno/tech-house assez pointus, avis aux amateurs. Pour finir ce premier jour, un live du duo Extrawelt très prononcé avec de très bonnes parties et le set de 3 heures de Marcel Dettmann, en joli contact avec son public ( photos, dédicaces ).

forte-3

Vendredi 28 : Soirée assez techno boum-boum, NX1, Vatican Shadow et Planetary Assault Systems ont littéralement enflammé la première partie de cette soirée ( nous n’avons pas pu assister à Amulador et Expander ) avec tous trois des LIVE techno que la foule a su adorer. Function en live, puis Ben Klock pour clôturer ce deuxième jour sur un ciel joliment dégagé après un fort brouillard. On a remarqué que Dettmann et Klock ont tous deux clôturé leur set sur le même son : Dj Deeon – Freak Like Me

Samedi 29 : Dernier soir au château avec Front 242 et son live assez spécial si on ne connaît pas, on n’y était pas mais ça a attisé notre curiosité, la plupart des gens interrogés ont trouvé ça sympa mais particulier. Suivi de Régis pour un live ainsi qu’Ellen Allien avec une intro assez midtempo qui – pour les non connaisseurs – a légèrement inquiété pour la suite du set, mais ça n’a été que du plaisir car elle(n) a été en top forme, de plus son set a été de paire avec un joli artwork réalisé par ses soins. Pour finir Marc Houle, une source sûre et Donato Dozzy sur un set de 3 heures, une très jolie découverte.

forte-6

Pour les plus courageux c’était l’after au club 1 heure après l’arrêt du son au château, nous n’étions pas d’entre eux hélas, notre trajet du retour était déjà réservé..

Pour résumer ces quelques jours de festival en quelques mots : un lieu unique comme jamais vu en festival, une gentillesse des gens (comme quasi partout en festival), une grande diversité des nationalités (beaucoup de Français tout de même), nous avons rencontré des gens venant du Brésil, d’Australie, de Berlin, de Suède, du Canada… Et surtout peu de mépris/méfiance/mauvais regard vis-à-vis des touristes/étrangers, ce qui est fort plaisant!

A l’année prochaine, du moins on l’espère!

 

Comments

comments