En ce dernier week-end de juin nous voilà de retour dans la vallée du Gard, pour la cinquième édition du Son Libre Festival. A peine arrivés sur le site, nous humons cet air si reconnaissable: une douce brise brûlante et sablonneuse. Pas de doute, nous allons passer quatre jours de folie. Bienvenue au camping électronique le plus attendu de l’été dans le sud de la France.

Une session en version longue

Cela fait maintenant quatre années que des milliers de passionnés bons vivants viennent fouler le sol de Collias à cette même période et pour beaucoup cela marque le début de l’été, le début de la saison des festivals, le début de la saison des apéros! Comme d’habitude, l’ambiance ici demeure unique et spéciale. Les gens sont survoltés, un sourire accroché aux lèvres de chacun. Ni la chaleur ni la poussière n’arrête ce peuple qui danse, et sans cela, nous ne retrouverions pas l’atmosphère Son Libre.

Cette année, les organisateurs ont vu les choses en grand: un jour et une nuit supplémentaire pour le plus grand bonheur de tous, laissant place a toujours plus de fête et de son!

Un line up fantasmagorique

Depuis toujours, l’esprit musical Son Libre c’est cette diversité. Année après année nous délectons d’une programmation éclectique, faisant le tour du style trance de la progressive à la dark sur une scène, mais également en scène techno de la house à la techno indus, et basculant dans la tekno plus aggressive avec ses nuits acidcore. Il y en a pour tous les goûts, et ceux qui se régalent de tout n’auront eu aucun instant pour se reposer et nous en savons quelque chose!

Nous n’oublions surtout pas les performances du grand duo Subway Shamans (vidéo) qui ont littéralement mit le feu à la scène techno le samedi soir, mais aussi cette année de pointures de la techno comme Oliver huntemann, Marco Bailey ou encore Julian Jeweil… Coté trance les mythiques, Talpa, Major 7, Blastoyz, Earthling, X-Noise…  Que du bonheur!

Subway Shamans @ Son Libre 2018

Le duo Subway Shamans qui démare la nuit acidcore en beauté au Son libre festival samedi soir.

Publiée par Hard Beat News sur Lundi 2 juillet 2018

Mais le Son Libre c’était aussi…

C’était aussi des stands, un ventre qui glisse, des performers déguisés qui déambulent, mais surtout ce que l’on retiendra aussi par dessus tout, c’est le système son de porc qui équipait la monstrueuse scène techno, on l’avait annoncé ils ont fait leur effet, le Lambda Labs qui nous soulevait les tripes jusqu’au camping…

Nous noterons également la préoccupation des orgas à distribuer des cendriers de poche, à maintenir le site d’une propreté rare (bénévoles au top toute la journée) ou à maintenir les cuves à eau pleine sur le site du camping.

Une fois de plus le Son Libre aura frappé fort et nous pouvons dire maintenant avec certitude qu’il sait s’imposer aux cotés des grands. Aux vues des évolutions de chaque année, du succès grandissant, nous pouvons nous demander ce que l’équipe du Son Libre festival nous réserve pour l’an prochain, et nous frémissons rien qu’à évoquer le sujet…

Commentaires