C’est sous une chaleur Barcelonaise que nous arrivons aux abords du Parc del Forùm en ce second week-end d’août. C’est le milieu d’après-midi et le public afflue déjà pour entrer sur le site du DGTL, la techno résonne, le soleil rayonne, nous sommes prêts à passer un week-end de folie !

Des bonnes pratiques …

Pour une nouvelle fois, l’édition Espagnole du festival Hollandais a souhaité proposer plus que de la musique à ses visiteurs grâce à son programme Art & Revolution. Le festival prend d’importantes mesures dans le but de devenir en 2020 le premier festival zéro-déchets et un pionnier en matière d’économie circulaire. C’est notamment grâce à un espace de restauration sans viande, un approvisionnement totalement local et des contenants  recyclables, qu’un compost sera créé à partir des détritus du festival afin d’être distribué aux agriculteurs locaux.

Des actions de ramassages des déchets ont aussi été organisés postérieurement au festival sur les plages de Barcelone, permettant d’aboutir à la création d’œuvres d’art composées de déchets, puis exposées sur le site du festival, ainsi qu’une série de photographies de la collecte. Cela permet aux festivaliers de prendre conscience de l’ampleur de cette pollution, mais aussi des solutions existantes pour la réduire un maximum.

 

… des scénographies déboussolantes …

Lorsque l’on rentre sur le site du festival, on est tout de suite impressionnés par toutes les installations mises en places tout autour de nous, mais on est surtout frappés par les scènes, toutes plus travaillées et démesurées les unes que les autres. Cette année, la scène de l’amphithéâtre, ou plus précisément Modular, ayant le bleu azur de la mer en guise d’arrière plan, a changé pour revêtir un style industriel. On y trouve un enchevêtrement de tuyaux serpentant sur plusieurs mètres de longueur et de hauteur, sur lesquels se heurtent les lumières et les lazers. A quelques mètres d’ici, on trouve la scène AMP, sous un hangar et bordée de tous les côtés par un chemin d’écrans nous plongeant dans une ambiance minimaliste et saisissante.

Les installations artistiques et immersives Cluster 2.0 et Skyline présentes permettent aux festivaliers de prendre une pause entre deux sets afin de déambuler dans le festival et de vivre une expérience audiovisuelle inédite.

… et des sets d’anthologie !

Avec un line-up pointu et éclectique, le DGTL Barcelona aura une fois de plus réussi à ravir les quelques 35 000 festivaliers venus du monde entier. De la techno hypnotique d’Adriatique et de Mind Against, en passant par les performances énervées de FJAAK ou bien KiNK, la house groovy de Detroit Swindle et MCDE, à la techno acid de Dax J, il y en avait pour tous les goûts sur les quatre scènes mises en places sur le festival.

Cette année encore, le festival aura tenu ses promesses, et cela augure de grande chose pour cette version Espagnole, qui a ainsi décidée d’exporter le concept à Madrid pour une soirée le 5 décembre prochain au Feria de Madrid. Retrouvez toutes les infos sur le site internet du DGTL.

Mind Against @ DGTL Barcelona 2018

#ENreport #BarcelonaQuelques images de Mind Against bouillant sur une des scènes du DGTL le week-end dernier.

Publiée par Techno News sur Lundi 13 août 2018

Commentaires