Pari réussi pour le crew Rampage qui lançait pour la toute première fois un concept de son festival Dubstep et Drum & Bass en open air. Fort de ses 10 premières éditions indoor, le collectif belge aura placé la barre très haute avec son tout nouvel événement.

Une organisation soignée

Si les aficionados craignaient que la première édition estivale de Rampage soit mal réalisée, cela n’a clairement pas été le cas. Les festivaliers auront passé deux jours de rêve dans une ville de Lommel en Belgique qui n’en finit pas de proposer des événements de qualité. La météo -malgré plusieurs épisodes pluvieux- aura été assez favorable au bon déroulement du week-end. Le camping était bien organisé, les douches et les WC étaient (suffisamment) propre, les points d’eau potable en quantité suffisante (malgré les plaintes lues sur les réseaux sociaux), les scènes étaient incroyablement belles et les soundsystems parfaitement réglés. Petit bémol cependant sur la qualité de la nourriture qui était assez médiocre et sur les prix en général assez élevés. Il fallait bien qu’il y ait un point noir sur l’ensemble du festival ; heureusement ce n’était pas sur l’essentiel : la musique.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

Des artistes respectés par la production

Si l’édition indoor est considérée comme la Mecque des festivals en terme de bass music, les organisateurs auront réussi à proposer un second événement de plus grande envergure offrant une qualité de production assez exceptionnelle. La crème des artistes internationaux avait été invitée et le panel de sous genres musicaux a été respecté : liquid, neurofunk, deep dnb, jump up, riddim dubstep, brostep, … Rares sont les festivaliers qui auraient pu se plaindre de la diversité des sets proposée. Dirtyphonics, Flux Pavilion, Barely Alive, Dj Hazard, Annix, AMC, Turno, Emalkay, Doctor P, Break, Lenzman, … La liste des artistes est longue comme un bras et aura pu satisfaire n’importe quel passionné de bass music, quelles que soient ses spécialités. On notera aussi le double passage de Spor, aka Feed Me, qui aura proposé un set majoritairement orienté drum and bass le premier soir et un second plus éclectique le samedi. Si vous y étiez, vous avez pu entendre une première demi heure de sons techno et électro assez délicieuse qui aura su trancher le temps d’un moment avec le reste de l’ambiance du festival.

Bref, cette première édition en extérieur a été un énorme succès pour les organisateurs qui auront pratiquement réalisé un sold out. Les festivalers étaient sympas, les scènes étaient canons, le line up était terrible, le site était très bien aménagé. Pour ceux qui auront craint une première tentative loupée, que nenni. Il va VRAIMENT falloir y aller l’année prochaine.