En avril dernier, tous les plus grands fans français de bass music se sont réunis à un événement pour le moins inoubliable. Chwet nous réservait un plateau alléchant, tant en dubstep qu’en drum and bass, afin de ravir nos oreilles de junglists et bass heads. Animalz était bien de retour, et une chose est sûre, nous n’en sommes pas sortis indemnes !

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes sur scène

Début des hostilités

AMC & Turno se sont chargés de nous retourner le cerveau dès le début, avec un set très énervé, mélangeant drum and bass et majoritairement jump up durant la dernière demi-heure. Un duo qui nous a laissés sans voix. Ils nous ont balancé des pépites telles que « Tour » de Macky Gee, « Invaderz » de Turno, la mythique « Mr Happy » de Dj Hazard, tellement bien dropée que cela ne nous a pas tellement gêné de l’entendre encore une fois, et sans oublier celle qui nous fait toujours autant galoper « Gambino » de DC Breaks. Autant dire que l’ambiance était des plus festive et entraînante.

Nous n’avons pas le temps de respirer que Camo & Krooked prennent déjà place sur le trône. La foule entre dans une toute autre ambiance. Leur style est unique et, comme toujours, a fait chavirer nos cœurs. Des transitions parfaites, un set de grande qualité et plein d’émotions, rien à redire. Ils nous ont passé quelques tracks de leur dernier album Mosaik, tels que « Witchdoctor », « Ember », « If I Could » ou « Passion », puis certains sons plus anciens qui font toujours plaisir à entendre avec nostalgie tels que « All Night »,  « Cryptkeeper », « Raise Your Weapon » ou bien « Move Around ». On se souviendra particulièrement de « Black Or White », moment assez émouvant où la foule chantait mots pour mots les paroles de Tasha Baxter.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Après deux gros sets drum and bass, ce sont désormais trois longues heures de dubstep qui s’annoncent. Le grand monsieur Downlink s’est emparé des platines et a su mettre à son tour le feu à la salle. Pendant une heure, nous étions littéralement au sol avec ses drops enflammés, plus violents les uns que les autres. Le dj canadien en a d’ailleurs profité pour faire un hommage à Avicii, faisant place à un moment particulièrement beau que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Il est maintenant 4h du matin, et heureusement que l’on a pu se reposer et reprendre des forces au food truck vu la boucherie qui nous attendait à notre retour dans la salle… C’est parti pour une heure entière de neurofunk enflammée.  La fameuse neuro chirurgicale d’Ed Rush & Optical, fondateurs du label Virus aux côtés de Mc Ryme Tyme, nous avait clairement manquée.  Un duo remarquable, un style unique, une technique incroyable et des tracks très différentes de ce qui se joue habituellement. Drop sur drop, le public est déchaîné.  Nous avons retenu quelques tracks tels que « Hold Your Colors » de Pendulum remixée par Noisia, ainsi que l’incroyable « Bound to others » de KillBox. Honnêtement, cela aura été de loin notre set favori.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, concert et foule

L’apothéose

Après encore une heure de dubstep supplémentaire, place au bouquet final : Agressor Bunx en b2b avec Pythius. Voilà un aller simple vers les ténèbres grâce à leur neuro des plus sombre et violente. À bout de forces, nous trouvons encore assez d’énergie pour faire bouger notre corps au rythme des basses grâce, entre autres, à « Tommy Gun » d’Agressor Bunx. Pythius nous a littéralement brisé les jambes avec « BBT » et étonnamment à coup de hardcore avec « Sam’s Gospel » de N-Vitral, qui a clôturé le set ainsi que la soirée en beauté. Nous étions assez surpris mais, pris dans le feu de l’action, cela ne nous a pas spécialement déplu.

Nous noterons également la qualité assez incroyable des visuels réalisés par The Hybrid Project. Des centaines de lasers et des écrans affichant, à l’image de la soirée, des animaux sauvages, bien énervés et prêts à en découdre !

C’est donc les oreilles et les yeux encore émerveillés que nous quittons les Docks, sur notre petit nuage. Animalz continue d’innover et nous a encore une fois proposé une soirée plus qu’à la hauteur de nos espérances.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et foule

 

 

Commentaires