Le 6 janvier dernier a eu lieu un événement pour le moins inoubliable. Jungle Juice soufflait ses 10 bougies en venant enflammer les Docks Eiffel. Depuis 2007, en passant par la Bellevilloise, le Cabaret Sauvage, le Yoyo ou encore les Solidays, c’est plus d’une centaine de milliers de bassheads des quatre coins du continent qui ont vécu leurs weekends au rythme des soirées de cette véritable institution de la D&B en France. Et pour le coup, Jungle Juice nous a proposé un plateau à la hauteur de l’événement avec des artistes qui nous ont rappelé les premières éditions tels que Dirtyphonics ou Loadstar, mais également des artistes plus récents comme le phénoménal duo QZB du label Critical Music. On peut déjà vous spoiler la fin de l’article : cette édition qui a mis tout le monde d’accord restera gravée à jamais dans la mémoire de 2000 junglists !

Nous voilà tous réunis devant les Docks Eiffel, prêts à en découdre. Agréablement, nous sommes accueillis par un personnel de sécurité très souriant et de bonne humeur. Ça fait du bien ! Une fois à l’intérieur, les Docks sont aménagés pour l’occasion, avec une attention toute particulière portée à l’ambiance visuelle. On aperçoit même des food trucks installés près de l’entrée, proposant de savoureux wraps américains ! Pour tenir toute la soirée, ce ne sera pas de refus !
Nous arrivons enfin sur le dancefloor et c’est le gratin de la scène française Xtronx, Bobby, Zorel, DJ Bluntsman, BRK et Asco qui ouvre le bal. Tous ses DJ’s sont soit organisateurs dans leur propre ville (comme BRK à Marseille ou Asco à Lyon), soit des talents français qui percent et qui méritent encore plus d’exposition. Majoritairement les deux d’ailleurs.

 

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

Autant vous dire qu’ils nous ont immédiatement fait comprendre que cette soirée nous ferait finir sur les genoux ! La salle se remplit rapidement, il est bientôt l’heure de laisser la place au label Critical Music. Celui-ci est représenté par un b2b2b2b étonnant mais pas moins alléchant. Au menu des festivités : Signal, le duo QZB, Enei et Kasra. Ces cinq virtuoses des platines nous plongent dans une ambiance sombre et hypnotisante avec des tracks telles que ‘Yes Jah’ de QZB ou ‘Broken’ et ‘Now Run’ de Magnetude, qui nous ont permis l’espace d’un instant de nous envoler vers un autre monde. Doucement nous les sentons glisser vers une neurofunk plus dynamique. Ce set est particulièrement captivant et la performance technique à couper le souffle. On retient de leur passage une atmosphère qui oscille entre bizarre et lugubre, entre délicatesse et précision extrême… De quoi en ravir certains et en déconcerter d’autres.

Il est minuit, la liquid vient ravir nos oreilles et nous fait passer dans une dimension parallèle. La foule comprend que c’est le label Hospital qui s’empare des platines : S.P.Y, Nu:Tone et Etherwood, rien que ça ! Pour être honnêtes, nous avions vraiment hâte de découvrir leur set, car rares sont les soirées en France qui mettent en avant cet univers de la D&B. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous n’avons pas été déçus ! La foule se calme et se laisse porter par la douceur du début de set. Une track a particulièrement retenu notre attention : ‘Dub Phizix- Buffalo charge (Nu:Tone VIP)’. Evidemment, ils ne nous laissent pas respirer trop longtemps… On se fait assommer par le remix de Metrik ‘We Got It’ par SPY, ou ‘Generator’ et ‘UK’ de Dimension qui nous fait pousser la voix et répand des sourires par milliers.

 

L’image contient peut-être : 3 personnes, intérieur

Ça y est, la salle est bouillante, c’est au tour du duo des plus mythiques de déchaîner les foules, plus besoin de les présenter, il s’agit bien évidemment de Metrik B2B Loadstar. En ayant participé aux premières éditions de Jungle Juice, nous sentons monter un profond sentiment de nostalgie. Chauds comme la braise, les deux compères font encore grimper un peu la température.
C’est un set Dancefloor aux touches old school qui nous est envoyé en pleine face. Les deux artistes ont balancé des classiques comme le remix de Pendulum de ‘Voodoo People’ de The Prodigy, qui avouons-le, nous fait toujours autant vibrer ! Grosse claque avec ‘Run Down’ de Loadstar, en enchaînant avec le remix de ‘Gambino’ de DC Breaks par Insidenfo, dont nous attendons la sortie avec impatience… Banger sur banger ! La foule est maintenant entrée dans un état second, envoûtée par le rythme de la D&B.

C’est désormais au groupe français de légende que sont les Dirtyphonics de débarquer et de mettre le feu à la scène avec un set full D&B! Ils attaquent dans une ambiance plutôt old school avec du Sub Focus, Netsky, Andy C ou DC Breaks enchaînant les doubles drops. Ils nous ont lancé des titres comme ‘Teleportation’ que l’on ne se lasse pas d’entendre. Une ambiance des plus festives… La foule était en trance. Un moment incroyable, presque émouvant ! Les Dirty nous ont laissé bouche bée.

D’un coup le son se coupe, une multitude de gens investissent la scène afin de fêter dignement l’anniversaire auquel nous participons tous ce soir. Discours de remerciement, gâteau géant, confettis, douche de champagne. On sent une réelle émotion tant sur scène que dans la foule. Avant que les larmes ne montent Dirtyphonics clôt ce moment magique en nous balançant leur fameux track ’Vandal’. La frénésie se répand à nouveau parmi les junglists.

 

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

Bon, on ne va pas se mentir, malgré l’ambiance à la fois familiale et déchaînée, dans le fond, on attend tous Mefjus et Phace. Les piliers de la neurofunk. Et hop, pas le temps de reposer les articulations déjà douloureuses que les dubplates pleuvent et les tracks d’anthologies sevissent, comme ‘Sunday Crunk VIP’ signée Mefjus, l’incontournable ‘Tentacles’ de Noisia, ‘Bang Bang’ de Phace & Mefjus… Le public se déchaîne devant la puissance de leur set. Pour le coup, on ne se lassera jamais de leur talent, leur technique est incroyable. Nous avons pris le temps aussi de vous noter cette fabuleuse track, la version VIP par Mefjus de ‘Blej’, produite par Halogenix, qui sortira prochainement. Ce duo est, et restera toujours une valeur sûre ! Un set technique et d’une puissance qui n’aura laissé personne de marbre ce soir !

5h du matin. Il faut maintenant laisser place à un b2b des plus étonnants, Annix & Neonlight, qui l’espace d’une soirée ont réussi le pari osé d’allier la neurofunk au jump up. Nous reconnaissons avoir été un peu sceptiques à l’annonce de cette collaboration et finalement, c’est un des sets que nous avons le plus apprécié. Ils n’ont rien à envier de la puissance du set de Phace et Mefjus… On se prend d’entrée de jeu le remix de Neonlight ‘Intro Dust’ de Noisia, Phace & Noisia ‘Drawback’ remixé par Annix ou encore le track de Neonlight ‘Microbots’ également remixé par Annix… Nous sommes définitivement à terre et agréablement surpris par la monstruosité de leur set ! D’ailleurs, nous voilà définitivement terrassés et contraints de quitter les Docks sous peine d’y laisser la vie. Nous n’assisterons malheureusement pas au set de Lucid et de ses amis. Nous repartons tout de même avec un large sourire et des souvenirs impérissables. Jungle Juice aura réussi son pari, réunir 2000 personnes autour de l’amour de la D&B, en espérant que cette édition les aura inspirés pour des évènements futurs.

Une grosse pensée pour les absents …

 

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes sur scène et concert

Commentaires