Version FRANÇAISE plus bas

 

While Rampage 2018 ended less than 2 months ago, it’s time to return to that night that kept all its promises.

Real mastodon of bass music, Rampage came back on March 2nd and 3rd at the Antwerp’s sports hall for its 9th edition. The Belgian organizers had made the choice of reviewing their operation and, for the first time, double the number of nights. If the 11 hours of frenetic and usual dance weren’t not enough, you might have been well served. The least we can say is that 15000 junglists and bassheads from 45 different countries answered the call. Damn, Rampage is life. But now we have to get back in shape for the festival season, which is getting closer and closer.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, foule, nuit et plein air

 

Even if the line up had been revealed step by step during those last 6 months, it was more attracting than ever, but it’s also because of the scenography and the light show that people wanted to come. Have we ever seen such a phenomenal production level for nights or bass music festivals around the world? In the US and the UK sometimes but it’s still rare, and abroad, we don’t think so. We talked about it in a previous article, about all the technical means implemented this year, and it was just insane : a sound system of 200.000 Watts, 2000m² of Led wall, 400 projectors, 200 co2 canons and 150 lasers. It’s simple, this year the bottom of the room was a huge screen projecting incredible visuals.

The second night was as amazing as the first one. If you did only one of them, SHAME ON YOU. On Friday, Kings of the Rollers (aka Bladerunner, Serum and Voltage) delivered an incredible jump up set along with MC Inja. The unconditional Serum fans that we are, were lucky to appreciate some of his tracks such as ‘Black Metal’, ‘Mixed Grill’ or  ‘Bass Knuckles’. Also we heard for the very first time the VIP version of ‘Poison’ by the English Bou. That’s a wrap.

 

L’image contient peut-être : 3 personnes, foule

 

The same night, the two Austrians Camo & Krooked pleased us with the live of their latest album ‘Mosaik’. Their track ‘Ember’ won the ‘Best Track’ Award at the DnB Awards 2017 and they opened the show with it. But we do not forget the VIP’s of their remix of John B’s ‘Numbers’, their anthem ‘Climax’ and the wonderful Signal remix of ‘Black And White’ they exclusively made for the show. The intensity of their act was on a whole new level compared to the other artists playing on that night, we would just love to see other shows like this in the future. Brutality in music is cool, but putting originality and sharpness in it is even better.

Impossible to not mention or special crush, Maduk who played the bootleg of Flite from “‘MC Punjabi – Mundian To Bach Ke’. Probably one of our best memories  from this year. What a surprise while listening to this song.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, foule et concert

 

We could also mention Snails‘ performance who just blew us away with his tune ‘vomistep‘, Andy C and his bursting double drops, Ed Rush and Audio’s ‘Killbox’ project and even Pendulum‘s ‘El Hornet’ who made us travel through time back ten years ago. But if we talked about every performance that we liked (which means all of them) it would take the whole week. And one night would’ve been enough… No let’s be honest, it’s always better to party twice!

Once again this year, the big boss Murdock had his own Dj set featuring MC Mota and it was just smashing. We loved his tune “Rythm” and it’s deep vibes which is quite unusual knowing Murdock’s production style, we were glad to have the chance to hear it on the Sportpaleis’ gigantic sound system. We could also hear “Anomaly” from Noisia, Netsky’s remix of ‘Rusko – Everyday’ and TC’s remix of ‘Post-Malone – Rockstar’. The act was progressive, dancy and happy, what else could we ask for ?

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et concert

 

Saturday night was also the moment we met our favorite frenchies from ‘Dirtyphonics‘, we were already following them when they started as a 4 people act ! Nowadays the duo is part of the most wanted international artists. It’s easy for us to say that it was one of the best, if not the best performance of this year’s edition. The two complices alternated between dubstep and DnB but always with those metal-ish sounds (for example the intro they put before dropping their collab with Sullivan King). Just like Murdock, they gave us an evolutive and powerful performance perfectly mastered technically speaking, and it was interesting to feel that US in their latest productions. Just like somebody said on a youtube comment : ‘’Dirtyphonics don’t need an MC. They control the crowd themselves.’’

We will also remember Disciple records‘ act who brought us Virtual Riot, Barely Alive, PhaseOne and Myro. We won’t forget SaSaSaS neither aka Skibadee, Shabba D, Harry Shotta, DJ Phantasy and Macky Gee and their 4th MC, MC Stormin who infortunately died shortly before Rampage festival due to a disease he had had for a long time. Their act was up to our expectations.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule, concert et nuit

 

I’ve heard people say that Rampage festival is just a gathering of all the headliners we have already seen many times and if you aren’t new to the scene, the line-up is probably not the most interesting for you. But, let’s be honest, when you’re with thousands of ravers singing and dancing to their limits on the music that we all love, you just go into a musical trance state that makes you go deeper and deeper into it. To be frank, we aren’t big jump-up fans, but guess who danced for hours during  the acts of Kings of the Rollers, Turno, Upgrade, Hedex and even SaSaSaS ? You know right !

Rampage is, in first instance, a gathering of 15000 brothers and sisters united by the passion of underground music, still not completely accepted by society. Supporting a movement, a way of thinking is primordial if you want it to last. And what could be better for Bass Music than it’s own Indoor dedicated Festival ?

 

 

 

Version FRANÇAISE 

 

Alors que l’édition 2018 de Rampage s’est terminée il y a un peu moins de 2 mois, il est temps de revenir sur cette soirée qui a su tenir toutes ses promesses.

Véritable mastodonte de la bass music, Rampage était de retour les 2 et 3 mars au Palais des sports d’Anvers pour sa 9ème édition. Les organisateurs belges ont fait le choix de revoir l’organisation de cet événement et, pour la toute première fois, de doubler le nombre de soirées. Si les 11h de danse frénétique habituelles ne vous suffisaient pas, vous allez être servis ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les 15000 junglists et bassheads que nous sommes, venus de 45 pays différents, ont répondu à l’appel. Rampage c’est la vie putain. En plus il faut se remettre en forme pour la saison des festivals qui approche à grands pas.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, foule, nuit et plein air

 

Si la programmation donnée au compte-gouttes ces 6 derniers mois s’est révélée plus alléchante que jamais, c’est aussi pour la scénographie et le light show qu’une bonne partie du public a fait le déplacement. A-t-on déjà vu un niveau de production aussi phénoménale pour des soirées ou festivals bass music dans le monde ? Aux Etats-Unis et en Angleterre dans quelques rares événements peut-être, ailleurs probablement pas. On vous en parlait dans un précédent article, les moyens techniques mis en œuvre cette année étaient juste déments : un soundsystem de 200.000 Watts, 2000m² de mur en LED, 400 projecteurs, 200 canons à CO2, 150 lasers. C’est simple : cette année le fond de la salle était un écran géant projetant des visuels plus incroyables les uns que les autres.

Parlons peu parlons bien. Les deux soirées ont été aussi spectaculaires l’une que l’autre. Si vous n’en avez fait qu’une seule, honte à vous ! Le vendredi on retiendra la prestation des incroyables compères des King of the Rollers (aka Bladerunner, Serum et Voltage) accompagnés de MC Inja, avec un set jump up full rollers. Nous qui sommes des fans inconditionnels de Serum, nous avons pu apprécier à leur juste valeur ses morceaux ‘Black Metal’, ‘Mixed Grill’  ou encore ‘Bass Knuckles’. A noter aussi qu’on a pu entendre pour la toute première fois la version VIP de ‘Poison’ de l’anglais Bou. Une folie.

 

L’image contient peut-être : 3 personnes, foule

 

Le même soir, ce sont les deux autrichiens Camo & Krooked qui nous auront également régalé avec le live de leur dernier album ‘Mosaik’. Leur morceau ‘Ember’ a été élu comme étant le meilleur morceau de drum & bass lors des DRUM&BASSARENA AWARDS 2017, et il a logiquement résonné dès les premières minutes du show, mais on n’est pas prêt d’oublier non plus leur remix de ‘John B – Numbers’, ‘Climax’ ou encore le sublime remix de Signal de ‘Black or White’. L’intensité de la prestation a complément tranché avec celles des autres artistes présents sur ces deux soirs et des lives comme celui-ci, on aimerait bien en voir plus souvent. La musique qui castagne c’est sympa, l’originalité et la précision, ça l’est tout autant.

Impossible de ne pas parler de notre mention spéciale, pour Maduk, qui a joué le bootleg de Flite de ‘MC Punjabi – Mundian To Bach Ke’. Probablement un de nos meilleurs souvenirs de cette année. Quelle surprise en découvrant ce son !

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, foule et concert

 

On aimerait pouvoir vous parler aussi des sets du boucher Snails qui nous aura assommé avec son ‘vomistep’ destructeur, du roi Andy C et de ses double-drops en rafale, du projet ’Killbox’ d’Ed Rush et Audio ou encore des infatigables Pendulum qui nous auront fait revenir en arrière de 10 ans. Mais si on parlait de chaque set qu’on a aimé (c’est-à-dire tous), on y passerait la semaine. Et une seule soirée aurait largement suffit à nous combler … mais non, c’est toujours mieux quand on en fait deux !

Si le big boss Murdock a son set consacré comme chaque année et qu’il le mérite parfaitement car après tout, sans lui pas de Rampage, c’est avec notre MC Mota préféré qu’il nous a proposé un set exceptionnel. Nous avions adoré son morceau ‘Rythm’ plutôt orienté deep, qui tranche avec son style de production habituel, et nous avons été plus que satisfait de l’entendre sur l’énorme soundsystem de la salle. A noter également le passage de ‘Anomaly’ de Noisia, de l’incontournable remix de Netsky de ‘Rusko – Everyday’ et de celui de TC de ‘Post Malone – Rockstar’. Un set évolutif, dansant, joyeux, que demander de plus ?

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et concert

La nuit du samedi a également été l’occasion de voir nos deux frenchies préférés de chez ‘Dirtyphonics’,  nous les suivons quand même depuis leurs débuts à 4 ! Le désormais duo s’est imposé comme l’un des groupes internationaux les plus demandés. Ce n’est pas trop s’avancer que de dire qu’il s’agit d’un, voir du, meilleur set de cette édition 2018. Les deux compères alternent dubstep et drum & bass, toujours avec des sonorités métal en abondances (on pense entre autre à l’intro pendant laquelle ils ont passé leur collaboration avec Sullivan King). Ils auront su proposer, à l’instar de Murdock, un set évolutif, puissant et parfaitement maitrisé techniquement parlant. On ressent énormément l’influence US dans les productions de Dirtyphonics et on l’apprécie. Eptic l’année dernière, eux cette année : il n’y pas à dire, ils savent y faire ces gens-là. Comme l’a dit une personne en commentaire sur Youtube : ‘’Dirtyphonics don’t need an MC. They control the crowd themselves.’’

On va également se souvenir de la performance du label Disciple qui avait ramené ses poulains Virtual Riot, Barely Alive, PhaseOne et Myro. Une grosse pensée également pour SaSaSas, aka Skibadee, Shabba D, Harry Shotta, DJ Phantasy et Macky Gee, et leur 4ème MC, Stormin, qui a disparu peu de temps avant Rampage suite à une longue maladie. Leur prestation aura été à la hauteur de nos espérances.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule, concert et nuit

 

Comme je l’ai entendu Rampage c’est un rassemblement de headliners qu’on a déjà tous vu et revu et si on est un puriste de la bass music, la programmation n’est sans doute pas la plus intéressante qui soit. Mais, soyons sérieux, quand on est accompagné de plusieurs milliers de fous qui dansent et chantent jusqu’à l’épuisement sur des morceaux qu’on adore, on entre dans une transe musicale qui nous pousse encore et toujours plus loin. Pour être franc, dans l’équipe on est pas super fan de jumpup. Qui a dansé pendant des heures sur les sets des Kings of the Rollers, Turno, Upgrade, Hedex ou même encore SaSaSas ? On vous laisse deviner !

Rampage c’est avant tout le rassemblement de 15000 frères et sœurs unis par la passion d’une musique underground pas encore parfaitement acceptée par la société. Soutenir un mouvement, un courant de pensée, c’est primordial si on souhaite que celui-ci perdure. Et quelle meilleure vitrine pour la bass music que son festival indoor le plus emblématique.

 

Commentaires