Les 20, 21 et 22 septembre, les docks de Paris ainsi que la gare des Mines se transforment en scène dancefloor pour les presque 20 000 festivaliers. Le Dream Nation festival investit les lieux pour cette sixième édition. Avec plus de 60 artistes, 8 scènes, et 17 000 m² en guise de cour de jeux, c’est un des incontournables de la capitale.

Un concept qui fonctionne et qui attire les foules

Avec déjà 5 premières éditions qui ont fini sold out, le Dream Nation Festival continue à prendre de l’envergure et compte bien réitérer l’exploit afin de rassembler parisiens, français mais aussi étrangers. Avec 8 styles de musique électronique pour plaire au plus grand nombre, le festival ne cesse de booker des artistes incontournables de chaque scène. Les performeurs, le vidéo mapping et les jeux de lumière sont là pour agrémenter le tout et faire de ce festival un évènement remarquable.

Éclectisme mêlant douceur et brutalité

La recette du Dream Nation Festival, c’est notamment le mélange des styles répartis à travers 8 scènes pendant 3 jours.

Parmi les premiers noms annoncés pour cette édition, on retrouve pour la Bass Music Stage l’américain 12th Planet, le style hybride drum & bass et dubstep du duo Delta Heavy, la “drumstep” de l’américain Figure, ou encore le trio incontournable de Black Sun Empire. La programmation annonce aussi des artistes tels que Downlink, Megalodon et Dubloadz.

Pour ce qui est de la Trance Stage, le duo italien Infected Mushroom, Major 7 et leur trance psychédélique et progressive, BLiSS toujours accompagné de sa guitare électrique, et le danois Morten Granau seront là pour assurer le show.

Passons à la Hard Stage, où le line up s’annonce bien salé ! Parmi les artistes, on trouve l’un des maîtres du hardstyle Radical Redemption, la techno hardcore de Partyraiser, ou même billx, membre des Fant4stik. Neophyte, N-Vitral, Rob Gee, et Malice seront eux aussi de la partie.

On finit par la Techno Stage ou seuls 3 noms sont annoncés pour le moment, mais pas des moindres. Luke Slater aka Planetary Assault Systems, icône de la techno anglaise, le pilier des labels Affin et Arts Keith Carnal et le français Electric Rescue sont les premiers représentant de ce style.

Une prochaine vague d’artistes devrait faire son apparition d’ici peu.

Event par ici

 

Commentaires