Du 29 juin au 1er juillet prochain, place à un des festivals les plus appréciés de la région lyonnaise : le festival Démon d’Or ! Située à à peine trente minutes du centre de notre belle capitale des Gaules, c’est la charmante commune de Poleymieux-au-Mont-d’Or qui accepte chaque année de recevoir cet événement haut en couleurs. Aujourd’hui, on a décidé de vous parler un peu de ce festival.

Si l’édition précédente nous avait offert 5 scènes, cette année il n’y en aura à priori plus que 4. Fini « La Sphère », « la Comète » et « La Dune », cette année les organisateurs ont décidé de la jouer sobre et les ont respectivement renommé « Scène 1 », « Scène 2 » et « Dub Arena ».

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, concert et foule

Une programmation entre rap, deep house et dub

Les scènes 1 et 2 sont les plus versatiles. Cette année sur la première on pourra y retrouver des figures du rap comme les papas de Cunninlynguists, les belges de l’Or du Commun, les deux autres belges de Caballero et Jeanjass ou encore le phénomène français Lomepal. Amis amateurs de musique électronique ne vous inquiétez pas : les deux compères d’Acid Arab viendront proposer un live de leur fameuse acid house aux notes orientales, l’Impératrice sera présente pour nous faire vivre une soirée pop/disco comme elle sait si bien le faire, Darius nous fera revivre le début des années 2010 avec son électro intemporelle et Bon Entendeur sera chargé de clôturer la journée du dimanche.

La scène 2 accueillera le seul set dubstep du festival, celui de l’anglais Zomboy, qui depuis ses premières sorties chez Never Say Die Records continue de nous faire vibrer. On aura aussi l’occasion d’assister à la performance du grand monsieur qu’est Omar Souleyman, véritable génie de l’electro orientale. Toujours soucieux de proposer un festival aussi éclectique que possible musicalement parlant, le crew du Démon d’Or nous fait le plaisir d’inviter des artistes originaux comme le belge Témé Tan, véritable référence de l’afro pop, le colombien Ghetto Jumbé et sa caribbean afro house ou encore Dj Marfox, pur spécialiste du Kuduro, cette musique latine dansante à souhait.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes sur scène et foule

Nul lyonnais n’est sans savoir que les organisateurs de ce festival ont une très grosse culture dub, reggae et soundsystem. Si des groupes comme High Budub Sound ou O.B.F & CHARLIE P PRESENT GHETTO CYCLE se chargeront de la scène Dub le vendredi, c’est le samedi que les choses vont se corser : un seul et unique soundsystem aura la lourde responsabilité de s’occuper de la nuit complète, O.B.F SOUND SYSTEM MEET THE BRISTOL FAMILY : DUBKASM & MAASAI WARRIOR.

Enfin, cette année c’est une nouvelle fois l’association Encore qui aura la main mise sur la dernière scène, la Capsule. Avec une programmation aux couleurs house et disco, le crew lyonnais a encore placé la barre très haute en invitant Nick The Record, Linkwood, Banofee Pies ou encore l’italien Volcov dont le morceau « Sweet Love » tourne inlassablement dans nos oreilles depuis sa sortie en 2010.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et concert

Un festival qui respecte son environnement

Le Démon d’Or, c’est avant tout un festival qui souhaite s’aligner au même niveau que les plus grands événements européens. Pour cela chaque année, le crew organisateur déploie tout tas d’initiatives qui en font justement un festival si agréable qu’on y revient chaque année, même quand on ne connait pas toutes la programmation. Au même titre qu’un Dour, le Démon d’Or est un festival découverte.

L’année dernière, on y avait la présence d’une friperie Emmaüs dont tous les bénéfices avaient bien évidemment reversés à l’association, d’une quantité extravagante de transats prêtés gracieusement par Lyon Métropole qui a permis aux festivaliers de chiller tranquillement et encore près de 200 jeux en bois fournis par l’association strasbourgeoise Pelpass pour égayer les journées des campeurs.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, foule et nuit

S’il est devenu impensable pour un festival de ne plus proposer de solutions immédiates pour lutter contre la pollution du site à cause des déchets laissés par les festivaliers, le Démon d’Or avait mis en place tout un dispositif pour contrer les fâcheuses habitudes que les simples spectateurs peuvent avoir. Toilettes sèches, tri sélectif, cendriers de poche distribués gracieusement, gobelets réutilisables, stands de restauration locale, transports en communs spécialement déployés pour l’occasion, l’association Démon d’Or et Lyon Agglomération ont travaillé main dans la main afin de proposer, une fois de plus, un festival digne de ce nom qui respecte le terrain qu’on lui prête. Fini les événements où les terrains ressemblent plus à Bagdad qu’à un champ paisible et sauvage !

On vous rappelle que le Démon d’Or se tiendra fin juin et réunira une fois de plus à Poleymieux-au-Mont-d’Or plusieurs dizaines de milliers de français de tout horizon, venus pour l’amour de la musique. Electro, disco, dub, hip hop, chacun pourra y trouver son compte et profiter de ce magnifique événement qui nous fait vivre des moments magiques depuis de nombreuses années. Le Démon d’Or c’est bon, mangez en !

Résultat de recherche d'images pour "démon d'or 2018"

♣ Jeu concours ♣

On vous offre 2 pass 3 jours pour le festival !

Pour participer:

⇒ like, partage et tague tes potes de soirée sur cette publication:

https://www.facebook.com/ElectroNews/posts/10156305752838798

⇒ inscris ton nom et prénom en commentaire ci dessous (⇓)

Commentaires