Interview : l’évolution du mouvement hardcore vu par le pionnier du genre Radium

10/01/2020

En tournée avec Born To Rave, des soirées organisées par le label Audiogenic dans toute la France, le pilier de la scène hardcore française Radium a répondu à quelques unes de nos questions

Hello Radium, enchanté. Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Daniel, je fais de la techno hardcore depuis 25 ans en solo sous le nom de Radium ou avec mon groupe Micropoint, et j’ai lancé de nombreux labels comme Dead End ou Audiogenic.

Toi qui a lancé le Frenchcore au début des années 2000, quel regard portes-tu sur la scène hardcore actuelle ?

Elle s’est bien développée, notamment en France, en Hollande, en Italie et en Angleterre, la musique et la technique se sont beaucoup perfectionnées et codifiées… La où au début des années 2000, il n’y avait que 2 courants dans le hardcore (le gabber et le hardcore plus underground), il y a aujourd’hui de nombreux sous-styles comme le frenchcore, l’uptempo, la terror etc…

Les styles de musique sont de plus en plus rapides. Certains artistes de la scène hardcore n’hésitent pas à critiquer l’uptempo ou la terror. Qu’en penses-tu ?

Les modes sont cycliques, tu parles de bpm qui s’accélèrent, mais en 1994 il y avait déjà du hardcore qui tournait à 250bpm ou plus… La musique accélère et ralentit au gré des années et des générations… Sinon, pour ce qui est de l’uptempo et de la terror, il y a du bon et du mauvais dans tous les styles de musique !

Quelle est la dernière track que tu as apprécié ces derniers temps ?

Houla, il y en a un paquet! Plus dernièrement et particulièrement, j’aime beaucoup les derniers albums de Psiko et de JKLL.

Est-ce qu’il y un artiste émergent avec que tu aimerais collaborer ?

Oui, mais vu que je suis un grand timide, je n’ai pas encore osé lui demander… 🙂

Est-ce que tu as prévu un nouvel album, EP ?

Pas encore d’album de prévu, mais de nombreux EP à venir pour ce printemps.

Qu’est-ce que tu penses de la place de Audiogenic dans la démocratisation du hardcore en France aujourd’hui?

Fondamentale…


On se retrouve le samedi 18 janvier à Lyon, pour le premier épisode de l’année des Born To Rave !

 

 

 

 

Questions : Roman Geyer

Crédit photo : Maxime Roudaut

Écrit par

10/01/2020

Ça vous intéressera sûrement…

0 commentaires