On vous racontait dans un article il y a peu nos impressions sur la dernière édition des Strictly organisée par Regarts au Bikini à Toulouse. Voici maintenant qu’on vous propose deux interviews d’artistes qui étaient présents à cette soirée : l’anglais SkankAndBass et le marseillais BRK, big boss du label Hyperactivity Music !

[ENGLISH VERSION BELOW]

 

L’image contient peut-être : 1 personne

Crédit photo : Fo’ToM

SKANDANDBASS

Peux-tu nous parler de la naissance du projet SkankAndBass ?

J’ai commencé SkankAndBass en créant une chaine YouTube il y a 6 ans pour ma passion de cette musique. Pendant cette période, les chaînes comme UKF ont commencé la mode de la promotion des nouvelles musiques via YouTube, diffusant principalement des titres d’artistes connus des différents styles de la Bass Music. J’ai adopté la même initiative et ai dirigé SkankAndBass comme étant une source pour les musiques Drum & Bass “Underground” étant donné qu’il n’y avait pas grand monde à le faire à cette époque. Je pense que cette philosophie nous a permis de nous démarquer des autres chaînes, et d’établir une solide communauté, tout en restant Strictly Underground, Strictly for Heads. C’est notre devise.

Vos sets sont irréprochables tant qu’à la technique et la sélection de vos tracks. Comment préparez-vous vos mixes ?

J’essaye toujours d’essayer et de rendre mes sets uniques, en trouvant des mixes que je n’ai encore jamais entendu. Du côté de la sélection, c’est généralement un mix entre des tracks non-sorties, des nouvelles releases et les classiques. Il doit y avoir un parfait équilibre entre tout ça. Et bien sûr, les sets doivent être une vraie représentation du son SkankAndBass.

Quels sont les artistes qui t’ont inspiré le plus ces dernières années ?

Cutlure Shock, Break, Metrik, Dimension, Halogenix, SpectraSoul, Alix Perez, 1991, Document One et plus récemment, le Toulousain Monty. La liste peut être longue !

Comment choisis-tu les musiques pour ton label ? On a découvert pas mal d’artistes talentueux comme R1C0 ou Dilemna grâce à ça !

Merci ! C’est plutôt facile, si tu es un nouvel artiste talentueux qui n’a pas trop de sorties à son actif et que tu cherches un peu d’exposition dans la scène, on est là pour aider… Une de nos philosophies est de soutenir ces nouveaux artistes dans la drum & bass. On a reçu tellement de musiques non signées de la part de nouveaux artistes qui aimerait recevoir cette exposition via notre chaîne YouTube, donc il était logique de monter un label afin de pouvoir mettre en valeur ces artistes. On a décidé que toutes nos sorties seraient gratuites parce qu’au final, si elles sont gratuites, plus de personnes sont susceptibles de les télécharger et de les écouter.

On a aussi vu que vous commenciez à organiser des soirées ! Quel est ton ressenti depuis la création de ce projet ? Les quelques vidéos de la dernière soirée avec Halogenix ont montré une ambiance massive !

Mon intention avec ces événements est encore une fois présenter quelque chose d’unique. Tout en restant vrai au son SkankAndBass avec des lineups composées d’artistes respectés, de tout nouveaux talents et ceux qui percent dans le milieu. Pour combler le tout, on a toujours des invités spéciaux qu’on n’annonce pas qui joue en B2B et qui rend l’événement unique. On a précédemment eu Sub Focus, Culture Shock, Pendulum, Friction, Wilkinson, Metrik et Dimension tous en B2B. Les soirées se passent dans des clubs à faible capacité, pour garder une certaine vibe qu’on perdrait si on organisait ça dans de plus gros clubs. Cette série de soirées a été incroyable et on vient tout juste d’avoir notre troisième soirée sold out à Londres, donc j’ai hâte d’en faire plus.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et concert

Crédit photo : Fo’ToM

BRK

Ton nom n’est pas inconnu au public français, on sait qui tu es mais pas trop d’où tu viens. Quels sont les artistes qui ont déclenché l’envie chez toi de t’investir dans le milieu de la Drum ?

Ma découverte de la DNB fut assez précoce car j’en écoutais déjà au collège quand j’avais 12 / 13 ans. J’écoutais des mixs de Dj Hype, Aphrodite, Roni Size, Andy C, Goldie ou encore Pendulum pour ne citer qu’eux (la liste serait trop longue). Sans oublier un des premiers albums du duo Français « Interlope » que j’ai vu en live quelques années plus tard. J’ai tout de suite accroché avec cette musique que je n’ai jamais lâchée après…

Comment as-tu commencé à laisser ton empreinte dans ce milieu ? Mixer ? Monter un crew ? Organiser ?

J’avais déjà « passé des quelques skeuds » pour des petites soirées entre potes avant mais j’ai organisé ma première soirée à l’Atelier à Avignon le 20 avril 2006 (je m’en souviens comme si c’était hier). Après nous avons monté le sound system « Ruffle Crew » avec des copains vauclusiens. On était plus branché free party au départ, puis nous nous sommes structurés en association et mis à organiser des soirées dans des salles de concert dans le Vaucluse, puis sur Marseille. Quelques années plus tard, je monte « Drink’it’fresh » avec Badjokes, Ab2o et Mc Gossip, l’aventure dure 3 ans avec des soirées axés Dubstep, Trap et bien sûr Drum&bass. Début 2012 je crée le collectif « Future Skankerz », Badjokes me rejoint immédiatement, 3 ans plus tard nous unissons nos forces avec les Turntable Basstaz. Actuellement nous sommes 5 dj’s, plusieurs membres actifs et le collectif a plus d’une centaine d’événements derrière lui. Principalement des soirées Bass Music au sens large comme la Outlook Launch Party. Nous animons aussi un radio show. Pour finir, il y a 1 an, je décide de monter mon propre label : Hyperactivity Music. Un label 100 pour 100 Drum&bass que je manage seul… C’est un peu la suite logique de mon aventure.

Parlons organisation, la Bass music à Marseille, ton nom n’est jamais loin. Comment y est le public. T’as senti un changement depuis tes débuts là-bas ? Plus d’engouement ? Un public plus connaisseur ?

J’organise des événements depuis maintenant 11 ans sur Marseille. Sincèrement ça n’a pas été facile tous les jours. Nous avons perdu de l’argent, de l’énergie aussi, mais par passion je n’ai jamais eu l’envie d’arrêter l’organisation car j’adore ça ! Il y a 10 ans les collectifs dédiés à la Bass culture étaient plus présents, mais il y a quelques années nous nous sommes pratiquement retrouvés seuls sur Marseille à continuer l’organisation dans ce domaine-là. La bonne nouvelle : le public Marseillais est de plus en plus présent, amateur de bass music, et de plus en plus chaud sur les dancefloor… ça fait vraiment du bien à mon petit coeur. À ce jour, je pense que la Bass Music à Marseille se porte bien. Du moins de mieux en mieux, grâce à la création de nouveaux collectifs comme Abyssal et BLAST. Nous nous sentons moins seuls, et je suis très heureux de voir les évents fleurir peu à peu… J’y crois à fond pour la suite.

Quand on regarde les cases de ce qu’on peut faire dans un milieu musical, tu as coché celle de « Je suis DJ », celle de « Je suis organisateur », de « J’ai mon crew ». Tu en as débloqué une nouvelle il y a peu, celle de « J’ai un label ». Comment se passe les débuts ? Jusqu’où veux-tu aller avec ton label ?

J’ai eu l’idée de créer un label depuis longtemps maintenant. Il y a deux ans, j’ai décidé de me consacrer à ma passion, de créer mon propre label, de développer Future Skankerz, mais aussi de travailler sur mon projet en tant que DJ et de passer plus de temps en studio. Je me fixe un objectif, car le nom du Label me l’oblige : une sortie par mois, accompagné d’un podcast.

Tu nous lâches quelques infos sur les prochaines releases ? Qui ? Le nombre ? Des infos sur des soirées prévues ? On veut tout savoir !!

Aujourd’hui même, Kuantum sort son premier single chez Hyperactivity Music disponible sur toutes les plateformes. Dans moins d’un mois on enchaine avec un EP de EIZO. Puis le 26 janvier 2018, pour fêter les 1 ans du Label, on vous lâche une belle compilation de 10 titres environ avec la participation de tous les artistes du label + 3 remixs. Je prévois aussi une deuxième Label Night début 2018 sur Marseille, puis d’exporter le projet dans d’autres villes et peut être même à l’étranger. Merci à toute la team Drum&news pour cet interview !! Enjoy.

 

Merci à SKANKANDBASS et BRK pour avoir répondu à nos quelques questions ! Et encore merci à Regarts et Strictly pour nous avoir accordé leur confiance, une fois de plus !
On se retrouve rapidement sur les prochaines soirées 😉

L’équipe Drum&News

 

 

____________________________________________________________________

 

ENGLISH VERSION

____________________________________________________________________

 

 

 

We told you recently our impressions of the latest edition of Strictly DNB organized by Regarts at Le Bikini in Toulouse. Here are the two interviews of artists who were present at this party: the Englishman SkankAndBass and BRK from Marseille, big boss of the label Hyperactivity Music!

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, concert et nuit

Crédit photo : Fo’ToM

SKANKANDBASS

 

Can you tell us about the birth of the SkankandBass project?

I set up Skankandbass via the YouTube channel around 6 years ago for the love of the genre. Around the time of its inception, YouTube channels such as UKF were setting a trend for promoting new music on the platform, mainly featuring well known and popular songs within certain genres of bass music. I adopted this great idea and intended to use Skankandbass as a source for new music in the world of underground drum & bass – not many people were doing it at the time. I think this ethos has been a point of difference that has allowed the brand to build a strong and engaged fanbase, whilst remaining strictly underground, strictly for heads – that’s the mission statement.

Your sets are of irreproachable quality both at the technical level and at the level of the selection. How do you prepare your mixes?

I always try and make my sets as unique as possible, finding blends that I haven’t heard before. Tune wise it’s generally a mixture of unreleased, new and classic tracks – there has to be a perfect balance. Ultimately the set has to be a true representation of the Skankandbass sound.

Which D & B artists have inspired you most in recent years?

Cutlure Shock, Break, Metrik, Dimension, Halogenix, SpectraSoul, Alix Perez, 1991, Document One and more recently, the Toulouse based Monty. I could go on!

How do you select the tracks for your label? We have discovered some great talents like R1C0 or Dilemma thanks to that! Thanks!

It’s easy really – if you’re a talented newcomer artist who hasn’t had many releases and you’re looking for a little exposure in to the scene, we’re here to help… One of our ethos’s is to nurture newcomer talents within drum & bass. We get sent so much unreleased music from newcomer artists who want to receive exposure via our YouTube channel, so it made sense for us to create a label where we could showcase these artists. We decided to make it a free download label because ultimately if the tracks are free, more people are likely to download and consume the music. Loads more to come!

We also saw that you started organizing events! What is your feeling since the creation of this new project? The few videos of your last night with Halogenix shows a huge atmosphere!

My intention with the events is to again showcase something unique. Staying true to the Skankandbass sound, the lineup template consists of a well-respected headliner, an established new talent and rising newcomers. To top it off, we always have a secret, unannounced special guest b2b set which is what makes the event unique. We’ve previously had Sub Focus, Culture Shock, Pendulum, Friction, Wilkinson, Metrik and Dimension all going B2B. The events take place in low capacity venues, so there’s a certain vibe which I feel will be lost once you move it to bigger capacity clubs. The series has been incredible and we’ve just had our third sold old show in London, so I can’t wait to do more.

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et concert

Crédit photo : Fo’ToM

BRK

 

Your name isn’t unknown for the French D&B heads, we know who you are, but we don’t really know from where you’ve been. What are the artists who triggered the passion of Drum & Bass that you have right now?

I started listening to D&B a long time ago actually because I was in the Middle School at the age of 12 or 13 when I discovered it. I was digging DJ Hype, Aphrodite, Roni Size, Andy C, Goldie mixes at the time but also Pendulum to mention just a few (The list would be too long). And also, one of the firsts album of the French duo “Interlope” which I’ve seen playing live a few year later. I immediately fell in love with this music and never gave up.

How have you started to make yourself a name in the D&B scene?

I’ve already played some tunes during friends parties before organising my first D&B event at “L’Atelier” in Avignon the 20th of April 2006 ( I remember it like it was yesterday). Then we started the “Ruffle Crew” soundsystem with some mates from Vaucluse. We were more into free parties and all that at first, but we started to shape the crew into an association in order to organise official events in Vaucluse’s concerts venue, and then in Marseille. A few years later, I start “Drink’It’Fresh’” with Badjokes, AB20 and MC Gossip, for 3 years with Dubstep, Trap events and of course, Drum & Bass. Early 2012, I start the “Future Skankerz” collective, Badjokes follows me immediately and 3 years later, The Turntable Basstaz joins us as well. From today we have 5 DJs, and many of them have already played in a hundred events. Mainly Bass Music events, such as the Outlook Launch Party. We also host a radio show. Finally, I started my own label one year ago: HyperActivity Music. A 100% Drum&Bass label which I manage only by myself… Which is kind of a logical progression of my D&B Journey .

Talking about organising events, your name is never that far when it comes to Bass Music in Marseille. How’s the public there? Have you witnessed any change since you’ve started career?

I organise events in Marseille for 11 years now. It has not always been easy honestly. We’ve lost money, and also energy, but I’ve never wanted to give up because of my passion of organising events! Ten years ago, we had more Bass Music collectives, but we’ve found ourselves alone some years back. However, good news is that we have more and more people Bass Music lovers in Marseille which are more motivated than ever in the dancefloor. It’s really touching to see that. Today, I think that Bass Music in Marseille is in good shape and is getting better with the addition of two new collectives: “Abyssal” and “Blast”. We feel less lonely and I’m very happy to see events flourishing more and more. I’m more than confident for the future.

When we see the checkboxes that you can have in the Music world, you’ve picked “DJ”, “Organiser” and also “I’ve my crew”. You’ve unlocked a new one recently: “I started a Label”. How’s the beginning? What are your future plans with it?

I’ve had the idea of starting a label for a long time now. Two years ago, I’ve decided to devote myself for my passion, create my own label, develop Future Skankerz, but also work on my project as a dj and spend more time in the studio. My objective for the label is to have one release per month along with a podcast, as the name of the Label forces me to do so.

Can you give us some informations about the next releases? Any new events? We want to know everything!

Today we have Kuantum releasing his first single on HyperActivity Music which is available on any platforms. In less than a month, another EP from EiZO. Finally, to celebrate the first birthday of the Label the 26th January 2018, we’re dropping a sweet 10 tracks compilation from all the roster and also 3 remixes. I also plan a second label event in early 2018 in Marseille, and then export the project in different cities and even different countries. Cheers Drum&News for this interview! Enjoy.

Thanks to SKANKANDBASS and BRK for answering to our few questions! And thank you again and Regarts and Strictly for giving us their confidence, once again!
See you soon on the next parties 😉

Drum&News

Commentaires